Mon compte Devenir membre Newsletters

Enquête sur la facturation électronique en Europe

Publié le par

Une étude menée par Ariba et Shared Services Link et relayée en France par b-process fait un point sur l'adoption de la facture électronique en Europe et son impact sur l'efficacité de la structure financière de ses adeptes.

Enquête sur la facturation électronique en Europe

Les premières conclusions de l’étude, menée auprès d’entreprises dont 60 % traitent plus de 150 000 factures par an, montrent un taux d'adoption de la facturation électronique de près de 62 % en Europe. 29 % des sociétés interrogées sont en phase de planification et 9 % n'envisagent pas d'adopter la facturation électronique pour le moment.
Parmi les principaux arguments en faveur de la dématérialisation, on trouve la volonté d'optimiser l'efficacité des processus à 40 %, et celle de réduire les coûts, à plus de 30 %. Ces deux objectifs prioritaires sont évalués dans l'étude en comparant les entreprises qui dématérialisent et les autres.


La moyenne est d'environ 13 000 factures par ETP pour l'ensemble des sondées, avec, dans la fourchette haute, des chiffres avoisinant 80 000 factures par ETP pour les entreprises dotées d'une solution de facturation électronique très développée, contre seulement 6 800 factures pour celles dont le processus n'est pas automatisé.
Par ailleurs, 60 % des sociétés interrogées comptent environ 50 salariés dans leur service comptabilité fournisseurs, dont environ 40 % sont affectés aux relations avec les fournisseurs. Deux objectifs se dégagent : la réduction des erreurs et anomalies, ainsi que le besoin de faire évoluer l'organisation des services en réorientant le personnel dédié à la gestion des relations avec les fournisseurs vers d'autres tâches à valeur ajoutée. La dématérialisation permet de les atteindre.

L'étude révèle que l’organisation de la fonction financière est davantage optimisée dans les entreprises dotées de solutions de dématérialisation fiscale. Il existe trois types de fonctions : décentralisées, centralisées, et centre de services partagés (CSP). Une fonction décentralisée affecte du personnel aux différentes fonctions comptables dans chacune des unités opérationnelles, qui sont gérées indépendamment. Une fonction centralisée remonte vers un siège social ou une unité unique qui dispose d'une équipe dédiée et applique des systèmes et procédures standards. Enfin, un centre de services partagés est une organisation performante dotée de structures et de processus de gestion des services bien définis.