En ce moment En ce moment

Filiales européennes de PME françaises: une offre d'affacturage spécifique

Publié par le | Mis à jour le
Une offre d'affacturage par GE Capital dédiée aux PME françaises possédant des filiales en Europe
Une offre d'affacturage par GE Capital dédiée aux PME françaises possédant des filiales en Europe

Envergure Expansion, la nouvelle offre d'affacturage lancée par GE Capital, vise à répondre aux problèmes de financement auxquelles font face les PME françaises possédant des filiales en Europe.

  • Imprimer

GE Capital a annoncé le 24 janvier la création d'Envergure Expansion, une nouvelle offre d'affacturage paneuropéen. Cette solution est dédiée aux PME françaises possédant des filiales en Europe dont le chiffre d'affaires est compris entre 20 et 150 millions d'euros. « Envergure Expansion se positionne dans le prolongement d'un contrat d'affacturage domestique », indique-t-il dans un communiqué.

« Pour un client existant de GE Capital, un avenant au contrat d'affacturage est signé ; pour tout nouveau client, un seul contrat est signé, avec annexes pour chaque pays répondant aux diverses règlementations locales. » Cette solution permet ainsi de structurer la gestion des filiales depuis la maison-mère située en France.

300 millions d'euros de volume de financement

Au cours des 18 prochains mois, GE Capital dit envisager d'apporter plus de 300 millions d'euros de volume de financement auprès des filiales hors de France de PME françaises. « Cette nouvelle offre, simple et unique sur le marché, permet d'apporter aux entreprises un service financier à forte valeur ajoutée », déclare Patrice Coulon, directeur général délégué de GE Capital. « Elle vient compléter notre gamme de solutions d'affacturage export, qui nous permettait d'ores et déjà de financer les créances dans près de 100 pays dans le monde. »

De nombreuses entreprises françaises font appel à des solutions d'affacturage. Ce procédé consiste à céder ses créances à un organisme extérieur, appelé le factor. L'entreprise dispose ainsi de liquidités immédiates, sans attendre l'échéance de règlement, puisque le factor crédite le compte courant de l'entreprise le jour même où les factures lui sont remises. Complétant ou remplaçant les crédits bancaires traditionnels, comme l'escompte ou le découvert, cette solution est en général recommandée aux entreprises souffrant d'une trésorerie trop serrée, ou à celles qui souhaitent adresser des besoins liés à une augmentation rapide de leur chiffre d'affaires.

Antoine Pietri

Sur le même sujet

Comment le crowdlending finance vos projets de croissance externe?
Trésorerie
LOOK&FIN
Comment le crowdlending finance vos projets de croissance externe?

Comment le crowdlending finance vos projets de croissance externe?

Par LOOK&FIN via Marketme

Pour financer votre croissance, vous êtes attentif aux opportunités de croissance externe et devez parfois trouver des fonds rapidement pour [...]

Renforcer son Besoin en Fonds de Roulement avec le crowdlending
Trésorerie
LOOK&FIN
Renforcer son Besoin en Fonds de Roulement avec le crowdlending

Renforcer son Besoin en Fonds de Roulement avec le crowdlending

Par LOOK&FIN via Marketme

Besoin de couvrir les décalages des flux de trésorerie correspondants aux décaissements (dépenses) et aux encaissements (recettes) liés à votre [...]

Le credit management en 2018: de plus en plus stratégique
Trésorerie
Le credit management en 2018: de plus en plus stratégique
©lenzendorfmarcus - stock.adobe.com

Le credit management en 2018: de plus en plus stratégique

Par Ève Mennesson

Fini le credit manager dédié uniquement à la relance client. Englobant des fonctions de risk manager, chargé de relation client et analyste [...]

Le marché de l'EuroPP toujours promis à un bel avenir
Trésorerie
Le marché de l'EuroPP toujours promis à un bel avenir
©Denys Rudyi - stock.adobe.com

Le marché de l'EuroPP toujours promis à un bel avenir

Par Carine Guicheteau

Les montants levés par les entreprises françaises sous la forme d'EuroPP (placement privé européen) ont chuté en 2017 par rapport à 2015. Pourtant, [...]

La rédaction vous recommande