Mon compte Devenir membre Newsletters

L'automatisation des processus comptables : une technologie accessible aux TPE/PME?

Publié le par

Il serait erroné d'affirmer que les technologies pour l'automatisation des processus comptables ne sont aujourd'hui pas accessibles aux PME voire aux TPE mais certains freins demeurent et d'autres nouveaux sont apparus.

Les nouvelles technologies pour l'automatisation des processus comptables sont-elles accessibles aux entreprises de toutes tailles aujourd'hui ?

Tout d'abord notons en quoi ces technologies sont accessibles :
-    La dématérialisation est aujourd'hui rentrée dans les mœurs et valider une facture à partir d'un pdf est aujourd'hui accepté. De plus, le développement de la facture électronique, même s'il est lent, contribue à l'expansion des solutions de dématérialisation
-    Les solutions sont parfaitement matures
-    Le retour sur investissement très court n'est plus à démontrer  
-    Enfin le développement des licences en mode SaaS permet de contourner les freins traditionnels liés à la vente de licences en mode classique. Le paiement sous forme d’abonnement mensuel / trimestriel permet d'éviter de sortir de la trésorerie et de financer son projet via les économies réalisées. Par ailleurs le métier est bien moins dépendant du service informatique dans la mesure où ce type de projet ne nécessite pas d'acquisition de serveurs, ni d'installation de logiciels même si les données générées par les solutions s'intégreront au final dans le système cible. Les solutions utilisées en mode SaaS sont par ailleurs standardisées et de ce fait imposent de minimiser voire de supprimer les développements spécifiques qui alourdissent les projets et le coût des solutions. Par la suite, aucune ressource informatique ne sera nécessaire pour installer, paramétrer et tester les mises à jour logicielles disponibles en ligne
 
Paradoxalement, certains éléments conçus pour faciliter le déploiement de ces solutions sont des freins :

Par exemple, la standardisation liée au mode SaaS impose aux PME de coller aux standards logiciels. De même, si la Directive Européenne liée à la facture électronique a pour objectif de faciliter le déploiement de cette dernière principalement pour les PME, sa transposition dans la loi française non seulement ne permet pas d'atteindre cet objectif, mais va même à l'inverse de l'objectif annoncé, et génère une incompréhension qui freine le déploiement de ce type de solution dans l'attente d'une plus grande visibilité. Notamment la notion de piste d'audit qui reste majoritairement incomprise.