Mon compte Devenir membre Newsletters

Gouvernance: y a-t-il une vie en dehors du code AFEP MEDEF?

Publié le par

Cotées ou pas, PME ou SBF 120, LBO ou familiale, société anonyme ou coopérative, "la gouvernance c'est du sur mesure" pour Caroline Weber, dg de Middlenext qui présente une nouvelle édition de son code. Avec un but: démontrer l'exemplarité de l'entreprise et de ses membres et parties prenantes.

Gouvernance: y a-t-il une vie en dehors du code AFEP MEDEF?

Y a-t-il une vie en dehors du code AFEP MEDEF pour la gouvernance ou gouvernement d'entreprise ? Il semble que oui. Après 6 ans d'existence et avec plus de 200 entreprises l'ayant adopté, le code de gouvernement d'entreprise Middlenext ou Code Middlenext fait peau neuve. Et revendique de délivrer des explications, des recommandations (à valeur contraignante) et des points de vigilance (consulter ici le code Middlenext), adaptées aux pratiques et au service du développement et de la pérennité de l'entreprise.

Certes ce code convient tout particulièrement aux sociétés à actionnariat contrôlé, "mais de toutes tailles" insiste Caroline Weber (lire son interview parue dans DAF magazine), dg de l'association des valeurs moyennes, qui mentionne des entreprises du SBF 102 telles que Fimalac ou Vicat. "Nous avons dans cette nouvelle édition supprimé la mention petites et moyennes valeurs. Ce code se veut ouvert à tous et il y a de plus un changement sémantique sur le terme valeurs moyennes; Il y a quelques années, cela désignait des entreprises de moins d'un milliard de capitalisation; désormais cela fait référence à un segment allant de 3 à 5 milliards".

Focus sur le groupe de co construction

200 personnes consultées, 30 réunions, 58 versions du texte

Ce groupe a réuni des patrons ou dirigeants d'entreprise ayant adopté ce code et le faisant vivre (p-dg, Daf...). Mais aussi des CAC, des avocats, analystes, investisseurs, agence de notation et l'analyse des data dont dispose l'association (650 data sur 450 sociétés).

Outre des changements de structure, le code propose 18 points de vigilance, notamment sur l'exemplarité de chacun: actionnaire, administrateur et dirigeant, au regard du rôle de chacun dans la stratégie de l'entreprise. A noter un point de vigilance devenu une recommandation sur la succession des dirigeants: "un sujet très problématique dans les entreprises patrimoniales, souvent incarnées" souligne Caroline Weber. En sus, trois nouvelles recommandations dont celle relative aux actionnaires minoritaires : comparer le vote de la majorité des minoritaires à celle de la majorité et en tenir compte pour la prochaine AG.

L'esprit du code Middlenext ? "Comply or explain" affirme Caroline Middlenext, qui avec bon sens et ironie, déplore " ces sociétés où l'on compte quatre administrateurs et trois comités. La lettre de la gouvernance est respectée mais... Sans compter que la tendance plus générale à créer beaucoup de comités spécifiques fragmente l'information".

Et coté rémunérations des dirigeants ?

Selon Caroline Weber, " les rémunérations des dirigeants grimpent vraiment à partir de 5 milliards de capitalisation. Ce qui nous importe ce sont les pentes de rémunérations, celles des salariés versus celle du dirigeants. D'autant que le taux d'avance sur salaire explose, signe que les salariés ont de plus en plus de mal à boucler les fins de mois".