Mon compte Devenir membre Newsletters

La Thaïlande, forces et faiblesses d'un fournisseur de composants

Publié le par

Deuxième fournisseur de la France de l'ASEAN, la Thaïlande possède des atouts maîtres: qualité, rapport qualité-prix et flexibilité. Revers de la médaille? Incertitude politique, reprise de croissance fragile, culture très spécifique et entreprises fantômes.

La Thaïlande, forces et faiblesses d'un fournisseur de composants

Bien des entreprises françaises se fournissent en Thaïlande. Pour preuve, les importations nationales en provenance de ce pays représentaient en 2016 un poids de 2,6 milliards d'euros (source: Chambre de commerce Franco-Thai), faisant ainsi de la Thaïlande notre deuxième fournisseur de l'ASEAN après le Vietnam. Et ces importations ne sont pas uniquement des produits textiles! Les exportations thaïlandaises de textile sont d'ailleurs en décroissance, au profit de pays moins chers tels que la Chine. Ce sont en premier lieu des produits industriels qui sont exportés vers la France (39,56%), suivis d'équipements mécaniques, de matériel électrique, électronique et informatique (37,76%). De Thaïlande proviennent en effet de nombreux composants. La France lui achète également des produits agroalimentaires (10%).

Si de nombreuses entreprises françaises ont choisi de se fournir en Thaïlande, c'est avant tout pour la qualité du travail fourni associée à des coûts de production relativement bas. Par ailleurs, Carlos Casanova, économiste Asie-Pacifique de Coface, met en avant la variété d'industries existant en Thaïlande: machines industrielles et électroniques, équipements automobiles ou encore transports. De plus, "la plupart des entreprises ont un revenu commercial annuel autour de 5 millions d'euros, ce qui leur permet de s'adapter aux changements". Sommawan Lowhaphandu, senior manager services d'appui de la Chambre de commerce franco-thaïe, parle aussi de flexibilité: "Par rapport à la Chine, par exemple, les Thaïlandais sont plus flexibles et plus à même d'accepter de produire de petites quantités", indique-t-elle. Plus à l'écoute et disposant d'une main-d'oeuvre plus qualifiée, ils sont capables de répondre à des demandes plus particulières. Mais ces avantages ne doivent pas cacher les éventuels risques fournisseurs qui existent.

Quelques particularités culturelles

- Échanger en anglais, oui, mais...

Parmi les spécificités du pays qui peuvent surprendre des Français, citons notamment la forte hiérarchisation des entreprises qui conduit souvent à des difficultés à s'entretenir avec la personne désirée. Même si, en Thaïlande, il est possible d'échanger en anglais la plupart du temps, en ce cas précis, la Chambre de commerce franco-thaïe conseille d'utiliser la langue thaïe, ce qui peut faciliter les choses.

- Patience et longueur de temps

Enfin, ne pas s'étonner si les prises de décision sont parfois longues, en Thaïlande. Mais rien ne sert, dans ce cas, d'insister trop lourdement! En effet, comme prévient la Chambre de commerce franco-thaïe dans un document sur les particularités de la Thaïlande, la partie contractante thaïlandaise peut avoir dans ce cas-là le sentiment de ne pas être respectée et annuler tout bonnement le contrat.

>> En page 2: attention aux entreprises fantômes!