Mon compte Devenir membre Newsletters

Revue de presse pour directeur financier (semaine du 24 novembre 2017)

Publié le par

Cette semaine dans la revue de presse: l'optimisation fiscale dans le viseur de l'Union européenne, un fonds d'investissement français en bitcoin, le serpent de mer d'Excel dans les services financiers et les conséquences de l'IA sur l'emploi.

Revue de presse pour directeur financier (semaine du 24 novembre 2017)

Paradise Papers: l'optimisation fiscale des entreprises sous le feu des projecteurs

Suite aux révélations des Paradise Papers sur les stratégies fiscales de certaines multinationales, le commissaire à la Fiscalité et aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a appelé les États membres de l'Union européenne à approuver dès le 5 décembre, date du prochain Conseil des ministres des Finances, une liste noire des paradis fiscaux assortie de " sanctions dissuasives " contre les pays qui la composeront. Il a également demandé à ce que soit adoptée dans les six prochains mois une directive, proposée en juin dernier, qui obligerait les banquiers, avocats et autres consultants à " déclarer au fisc " les schémas d'optimisation fiscale proposés à leurs clients, sous peine de sanctions.

>> Lire l'article sur le site des Échos Executives: "Optimisation fiscale : les entreprises sous haute surveillance"

Lancement du premier fonds investi en bitcoin d'Europe

L'entreprise de gestion d'actifs Tobam prévoit de lancer le premier fonds commun de placement en bitcoin d'Europe, alors que l'interêt pour la crypto-monnaie s'accroît. Tobam, qui gérait 9 milliards de dollars d'actifs en septembre, prévoit de lancer une alternative de fonds d'investissement non réglementé qui permettra aux investisseurs institutionnels de s'exposer au bitcoin. Pour Christophe Roehri, directeur commercial à Tobam, "l'investissement direct en bitcoin peut être compliqué d'un point de vue opérationnel, que ce soit de la gestion du choix de la plateforme au maintien de mesures de sécurité correctes en termes de détention mais aussi de gérer les changements de protocoles (les "hard fork" ou scission). Notre objectif est de prendre le contrôle de ces défis opérationnels pour faciliter l'accès pour les investisseurs qualifiés voulant s'exposer au bitcoin. Tout ça sous la forme d'un fonds."

>> Lire l'article sur le site de Business Insider: "Un gestionnaire d'actifs français de 9 Mds$ lance le premier fonds investi en bitcoin d'Europe"

Excel dans les services financiers: stop ou encore?

Les feuilles de calcul restent incontournables dans les métiers de la finance et de la comptabilité. Pourtant, certains CFO cherchent à mettre un terme à cette suprématie d'Excel dans leurs services, afin de limiter les manipulations de données et de se focaliser sur l'analyse. Que ce soit chez Adobe, ABM Industries ou encore Wintrust Financial Corp, la chasse aux feuilles de calcul est lancée...

>> Lire l'article (en anglais) sur le site du Wall Street Journal: "Stop Using Excel, Finance Chiefs Tell Staffs"

Et si l'IA entraînait la création de 20 millions de postes?

Alors que le cabinet de conseil McKinsey évalue à 7 millions le nombre de postes amenés à disparaître dans les 3 années à venir au États-Unis, en raison des progrès de l'intelligence artificielle, d'autres experts évaluent à 20 millions les postes qui seront créés par de nouveaux métiers à venir. Une prédiction qui se base, entre autres, sur un constat simple: la robotisation, même très sophistiquée, exige contrôle et entretien. Ainsi, 85% des emplois à pouvoir en 2030 (ceux de la génération qui est au lycée aujourd'hui) n'existeraient pas encore.

>> Lire l'article sur le site de RTL: "Emploi: 20 millions de postes à créer dans le monde de l'intelligence artificielle"

BPCE s'allie à Truffle Capital pour créer des fintech sur-mesure

La banque s'associe au fonds d'investissement pour créer des jeunes pousses de la finance qui répondent à ses besoins digitaux. Pour cela elle a participé, en tant qu'actionnaire de référence, à la dernière levée de fonds de Truffle Capital.

>> Lire l'article sur le site des Échos.

La rédaction