Mon compte Devenir membre Newsletters

Placements, financements... Et si les taux remontaient ?

Publié le par
Qu'est-ce que BRAND VOICE ?

Scénario catastrophe ou opportunité ? En tant que responsable financier, votre direction vous a peut-être interrogé sur les dispositifs envisagés si les taux remontaient. David Guyot, co-fondateur de Pandat, spécialiste dans l'optimisation.

Placements, financements... Et si les taux remontaient ?

Les taux bas, voire les taux négatifs sont toujours d'actualité. Et même si David Guyot n'envisage pas à court terme un retournement de situation, il estime en revanche que la volatilité des taux quant à elle, risque de s'inscrire dans la durée. " Nous ne croyons pas chez Pandat à une brusque remontée des taux à très court terme. Il existe encore de grandes disparités entre les pays de la zone Euro : l'absence d'inflation sous-jacente, de hausse sensible des créations d'emploi ou encore l'absence de réduction drastique de la dette des états sont autant signaux qui inspirent davantage une volatilité de taux bas qu'une remontée brutale et soudaine. " Pour autant, il ne faut pas s'empêcher d'imaginer l'impact qu'une hausse des taux pourrait avoir sur les placements ou les plans de financement des entreprises...

Repenser les placements ?

Car nous traversons une ère teintée d'incertitudes, David Guyot recommande les placements " liquides ". " En cas de revirement de situation, pour éviter de subir un choc important, il faut être en mesure de changer de position rapidement et à moindre frais ", explique l'expert. Comptes à terme, comptes rémunérés, OPCVM monétaires, ces types de placements permettent assez simplement de profiter de nouvelles opportunités qui surgiraient, tout en conservant une certaine disponibilité des fonds. " La véritable difficulté, c'est que ces taux très faibles ont tendance à lever une barrière psychologique et incitent à se positionner sur des actifs à risques qui présentent davantage de rentabilité, mais expose l'entreprise à des revers ", décrypte David Guyot. Ainsi les produits structurés, les SCPI semblent intéressant, mais il ne
faut pas négliger le risque en capital qui les caractérise. " Ces produits très marketés par les banques semblent attractifs et ils ne sont dans bien des cas, mais il faut y souscrire en toute connaissance de cause et non parce les sollicitations de vos partenaires bancaires ont été incessantes ! " Dans tous les cas, ces placements doivent se cantonner à des montants modestes et sur lesquels l'entreprise n'aura aucun besoin immédiat.

Optimiser votre stratégie de financement...

" Mon principal conseil, indique David Guyot, c'est de ne pas se laisser griser par le contexte et ne pas succomber à la tentation de jouer au casino avec les excédents de trésorerie. L'optimisation de trésorerie, c'est une partie de billard à trois bandes. " Considérant que nous ne sommes pas à l'abri d'une nouvelle crise financière mondiale, les réflexes de bon père de famille doivent être préservés. " C'est la volatilité des taux qui s'est installée pour longtemps qui doit conditionner la stratégie des responsables financiers ", confie David Guyot. À des fins d'optimisation, l'expert n'exclut pas le recours à des prêts court termes à taux variables. Tout semble indiquer que les taux resteront stables sur 2017 et 2018. Dès lors, pourquoi ne pas actionner le levier des financements à taux variables, tout en se protégeant d'éventuelles fluctuation en se réservant la possibilité de basculer sur des taux fixes en cas de hausse. " Les forwards sont très bas actuellement et les banques sont disposées à faire des simulations pour leurs clients ", précise l'observateur qui recommande par ailleurs l'opportunité de se positionner sur des opérations de TLTRO 2 (targeted longer-term refinancing operation) qui visent à soutenir la croissance du crédit à l'économie dans la zone euro et amortir le coût du taux de dépôt négatif pour les banques. Enfin, une attention particulière pourra être portée aux offres de crédit désintermédiées (crowdlending).
" Ce dispositif est encore marginal, explique David Guyot, mais ces Fintech challengent
les banques et les incitent à adapter tant
leurs offres que leurs postures... Une carte supplémentaire dans votre jeu ! " -

David Guyot, Co-fondateur de Pandat

PANDAT