Mon compte Devenir membre Newsletters

Les défaillances repartent à la hausse en 2013

Publié le par

Le nombre de défaillances d'entreprises est plus important que lors des premières années de la crise, selon la dernière édition du rapport Deloitte/Altares.

Les défaillances repartent à la hausse en 2013

Après une amélioration en 2010 et une stabilisation en 2011, l'année 2012 s'était traduite par une accélération des défaillances en fin d'année qui se confirme pour 2013, selon l'étude annuelle menée conjointement par Deloitte et Altarès sur les défaillances d'entreprises en France. En progression annuelle de 3%, il s'est établi à 63 100. Alors qu'il évoluait autour de 59 000 depuis 2010, il s'approche désormais le niveau record enregistré au plus fort de la crise en 2009, à 63 700. Ces 63 100 défaillances en 2013 représentent un taux de sinistralité de l'ordre de 2,3% (rapporté aux 2,69 millions d'entreprises recensées en France) et menacent 270 000 emplois, selon l'étude.

L'accélération de la dégradation s'étend à tous les secteurs de l'économie

Autre mauvaise nouvelle, ce sont dorénavant tous les secteurs d'activités et toutes les tailles d'entreprises qui sont touchées. Si ce mouvement concerne à 99 % des sociétés de moins de 50 salariés, l'étude dénombre 32 défaillances de sociétés affichant un chiffre d'affaires supérieur à 50 millions d'euros en 2013, contre 37 en 2012.

Ce niveau demeure plus de deux fois supérieur à celui qui était enregistré avant la crise de 2009. En outre, l'avenir reste sombre. Toujours d'après cette étude, 11 400 procédures de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaires ont été ouvertes en janvier et février 2014, soit 3,7 % de plus que la même période en 2013. Une hausse gonflée par la recrudescence des sauvegardes, dont le nombre a augmenté de 30,2 % par rapport aux deux premiers mois de l'année dernière.

"L'accès au crédit reste excellent sur l'investissement et très bon sur les crédits de trésorerie jusqu'au 3ème trimestre. Pour 2014, il conviendra avant tout de créer un cadre économique et fiscal propice à l'investissement en capital et à l'amélioration de la compétitivité des entreprises françaises", a précisé Vincent Batlle, Associé Financial Advisory responsable du pôle Transactions chez Deloitte.

Mot clés :

Pierre-Jean Leca