Mon compte Devenir membre Newsletters

[Tribune] Déploiement de l'IA dans les entreprises: quels défis pour les services financiers?

Publié le par

Un robot au conseil d'administration, des dépêches générées automatiquement... Les exemples d'applications de l'intelligence artificielle se multiplient, toujours plus impressionnants. Comment la direction financière peut-elle accompagner cette transformation? L'avis d'Emmanuelle Brun Neckebrock.

[Tribune] Déploiement de l'IA dans les entreprises: quels défis pour les services financiers?

En 2014, la société de capital-risque japonaise Deep Knowledge a été la première entreprise du monde à nommer un robot à son conseil d'administration. La machine a "obtenu" ce poste sur la base de capacités d'analyse et de prédictions des tendances du marché grâce à l'IA (intelligence artificielle) beaucoup plus rapides que les humains, et, avec le temps, elle obtiendra une voix à part entière dans les décisions financières prises par l'entreprise.

Depuis quelque mois, Associated Press utilise une IA sur 4000 ordinateurs de son réseau pour générer de nouvelles dépêches sur les bénéfices des entreprises. À partir de données brutes, ce système écrit des communiqués de presse qui semblent rédigés par un humain. Dans ce contexte, on en arriverait même à se demander si le travail humain a un avenir.

La fin du travail humain?

Nuançons tout de suite ces propos, car cette issue pour les "salariés humains" n'est pas pour demain. Si dans de nombreux secteurs d'activités, l'homme se fait rattraper, voire dépasser par des technologies de type IA, il ne s'agit pour l'essentiel que de quelques cas d'usage limités au traitement de certaines tâches verticales techniques. L'impact est donc minime et le machine learning et l'IA n'ont alors qu'une vocation d'outil d'amélioration du quotidien proposant des alternatives novatrices ou uniques, ou aidant à trouver de meilleurs processus et modes de fonctionnement pour atteindre les objectifs.

50% des compétences seront obsolètes d'ici deux ans

À titre d'exemple, les machines "écument" les bases de données de CV pour identifier les compétences correspondant à une fiche de poste, ou pour associer bons de commande et factures de façon beaucoup plus rapide et précise que ne le ferait un être humain. C'est un sujet auquel sont confrontées une majorité d'entreprises aujourd'hui. Le rôle de la technologie est de nous rendre tous plus efficaces; la responsabilité des employeurs est de développer et d'adapter les compétences de leur masse salariale au contexte de ce nouvel environnement amélioré.

>> Lire la suite en page 2