Mon compte Devenir membre Newsletters

Intégrer une entreprise familiale après une succession: quels défis pour le Daf?

Publié le par

Alors que les baby boomers cèdent la place à une nouvelle génération à la tête des entreprises familiales, Deloitte s'est intéressé aux projets de ces jeunes dirigeants. Changement de stratégie, ouverture sur de nouveaux marchés, prise de risques... et recrutement d'un Daf pour les épauler?

Intégrer une entreprise familiale après une succession: quels défis pour le Daf?

Seule une entreprise familiale sur trois vit avec succès le passage de relais de son dirigeant avec la génération suivante, selon une étude réalisée par Deloitte sur la transmission des entreprises familiales(1). Pour relever ce défi, "l'héritier" peut avoir l'idée de s'appuyer sur un Daf expérimenté. Mais à quoi faut-il vous attendre en intégrant une structure familiale en pleine transition? L'enquête menée par Deloitte auprès de 92 successeurs dans cette situation permet d'y voir plus clair.

Accompagner le dirigeant dans la mise en place d'une nouvelle stratégie d'entreprise

"Beaucoup d'entreprises familiales se concentreront sur la croissance sur de nouveaux marchés."
Christophe Saubiez, Deloitte

56% des futurs dirigeants interrogés déclarent vouloir changer la stratégie de la société qu'ils reprennent. Les principaux axes de travail envisagés? L'innovation, qui fait partie des trois premières priorités stratégiques pour 76% des répondants. Par ailleurs, Christophe Saubiez, associé responsable des entreprises familiales chez Deloitte, souligne que "la globalisation de l'économie n'est pas sans conséquences sur les entreprises familiales: un grand nombre d'entre elles se concentreront sur la croissance sur de nouveaux marchés."

La nouvelle génération de chefs d'entreprise est prête à bouleverser les codes: 80% revendiquent une façon de diriger différente de celle de leurs prédécesseurs, et 51% déclarent avoir un profil plus enclin aux risques. L'entreprise familiale en pleine succession s'avère donc attrayante pour un Daf en quête de nouveaux défis et de responsabilités accrues, au sein d'une structure plus réduite. Et des opportunités se profilent, d'après l'enquête Deloitte: une écrasante majorité de jeunes dirigeants (86%) pense que la croissance passe par une nouvelle gouvernance au sein de leur entreprise.

Ce qui compte, c'est les valeurs...

Mais attention. Si la nouvelle génération reprenant les rênes des entreprises familiales a soif d'innovation, pas question d'abandonner les valeurs familiales de la société, qui leur tiennent particulièrement à coeur: "Ils donnent la note de 4,3/5 quant à l'importance du maintien du caractère familial de leur société", révèle l'étude Deloitte.

"Le défi principal pour la nouvelle génération est d'inclure des personnes extérieures à la famille dans leur stratégie."

Christophe Saubiez

Pour un Daf intégrant une telle entreprise, il s'agira donc de montrer patte blanche au dirigeant, qui ne lui laissera pas prendre un ascendant trop important sur sa société. "Le défi principal pour la nouvelle génération est d'inclure des personnes extérieures à la famille dans leur stratégie", analyse Christophe Saubiez. Bien qu'ils appellent à une nouvelle gouvernance, ces nouveaux dirigeants veilleront à garder la main sur ce patrimoine familial qui leur a été transmis: 62% déclarent qu'ils ne céderont pas de parts de leur société à autrui, par crainte de perdre le contrôle de l'organisation.

(1) Étude Deloitte EMEA 1re édition - La nouvelle génération d'entreprises familiales change de cap. Enquête réalisée auprès d'un panel de 92 représentants de cette nouvelle génération au sein d'une entreprise familiale dans 19 pays, en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, entre mi-janvier et fin mars 2016, sous la forme d'entretiens. Près de la moitié de ces entreprises opère dans le consumer business et l'industrie, l'autre travaille dans le BTP, les services financiers, la télécommunication, les sciences de la vie, l'énergie et la vente au détail.