Mon compte Devenir membre Newsletters

Conduite du changement : le Daf toujours plus sollicité

Publié le par

Pour 95 % des Daf, la conduite du changement est un enjeu fort, selon une étude du cabinet Colombus consulting. Un domaine dans lequel les directeurs financiers sont devenus experts.

Conduite du changement : le Daf toujours plus sollicité

" Les directeurs financiers sont de plus en plus souvent sollicités pour conduire des projets de transformation dits transverses ", constate Christophe Lacambre, associé au sein du cabinet Colombus consulting, spécialisé dans la conduite du changement. Exemples-types de missions confiées au Daf : la réorganisation d'activités ou le déploiement du digital.

Selon une étude réalisée par Colombus consulting auprès de 46 directeurs financiers d'entreprises privées ou d'organismes publics, 95 % des répondants affirment que la conduite du changement est un enjeu " fort " voire " très fort ". Les raisons sont avant tout financières (maîtrise de la marge et des cash-flows), mais également stratégiques : " plusieurs Daf rencontrés ont été désignés par leur direction comme responsables de la définition de la stratégie et du pilotage de sa mise en oeuvre au sein de l'organisation ", observe l'étude.

Vision globalement positive

Si la conduite du changement fait endosser aux Daf toujours plus de responsabilités, 71 % d'entre eux en ont une vision positive. Beaucoup l'associent en effet aux notions de " plaisir ", d' " amélioration " et de " motivation ". Un point de vue que l'on retrouve principalement dans l'industrie (90 % de Daf positifs), mais bien moins dans les services (64 %) ou le secteur de la banque et assurance (57 %).

" Dans le secteur banque et assurance, les forts enjeux réglementaires sont parfois perçus comme une réelle contrainte, expliquant ainsi une vision plus nuancée, alors que dans l'industrie le changement est mieux perçu car il porte l'innovation ", analyse Colombus consulting.

Notons que la perception de la conduite du changement varie également en fonction de la taille de l'équipe managée par le Daf. Ainsi, 58 % de ceux qui encadrent moins de 15 personnes en ont une vision positive, contre 87 % des Daf supervisant une équipe de plus de 50 personnes.

Besoin d'un bagage théorique

Toujours selon l'étude, un Daf pilote en moyenne quatre projets transverses en simultané. Ces projets peuvent concerner la fonction comptabilité-finance (mise en place d'un contrôle de gestion par exemple) aussi bien que la stratégie de l'entreprise. De fait, 72 % des Daf estiment avoir un niveau d'expérience " élevé " ou " très élevé " en matière de conduite du changement. Toutefois, nombre d'entre eux expriment le besoin d'un bagage théorique en la matière.