Mon compte Devenir membre Newsletters

Comment maîtriser les coûts des régimes santé et prévoyance ?

Publié le par
Qu'est-ce que BRAND VOICE ?

En tant que chef d'entreprise, il est essentiel de connaître le régime santé et prévoyance adapté à vos besoins et à votre situation. La question budgétaire est également à prendre en considération pour minimiser au mieux vos dépenses. Tour d'horizon des différentes typologies de régimes.

Comment maîtriser les coûts des régimes santé et prévoyance ?

Réduire les dépenses est désormais la priorité des dirigeants d'entreprise. Mais ce contrôle budgétaire ne doit pas se faire au détriment des salariés. Dans la mesure où la protection sociale est un droit acquis, il s'agit donc d'un élément qui mérite une attention particulière. Zoom sur les différentes possibilités permettant de maîtriser les dépenses relatives aux régimes correspondants

Pourquoi chercher à maîtriser les coûts ?

Il est évident que toute dépense pèse sur l'économie de l'entreprise. En ce qui concerne la prévoyance et les mutuelles santé, la charge patronale reste assez aléatoire. Cela dépend notamment des formules choisies. L'objectif est donc d'offrir une certaine sécurité aux salariés, sans que les coûts correspondants n'excèdent les moyens de l'entreprise.

On parle par ailleurs d'une meilleure gestion qui contribuera automatiquement à l'établissement d'un système adapté aux besoins des employés et ce, de manière équitable.

Identifier le régime adapté

La première étape consiste à définir le régime qui convient.

Le régime général : il s'agit de l'option la plus courante car elle s'applique à la majorité des salariés français. Ce régime peut couvrir des maladies et accidents du travail. Il peut concerner la prévoyance retraite et être bénéficiable à la famille du souscripteur. Le régime général est applicable aux fonctionnaires et les employés du secteur privé qui ne sont pas concernés parles régimes spécifiques.

Le régime social des indépendants (RSI) : ce dispositif a vu le jour en 2006. Comme son nom l'indique, il s'adresse aux travailleurs indépendants.Le RSI prend en charge les maladies, la vieillesse, la maternité ainsi que l'invalidité ou le décès du souscripteur. C'est par exemple une formule adaptée aux commerçants de même qu'aux artisans.

Le régime agricole : il s'adresse aux exploitants et aux salariés du secteur agricole. A l'inverse du régime général où les prises en charge se font par branche, le régime agricole dispose d'un guichet unique.

Une fois que le régime qui convient à l'entreprise est identifiée, il est plus facile de se concentrer sur les autres détails.

La question du financement

Il convient de s'informer sur le montant ou la valeur en pourcentage des cotisations salariales et patronales. Ce sont des charges défalquées du salaire brut de chaque employé, ce qui représente une dépense relativement fixe pour l'entreprise.

La part patronale pour maladie, invalidité, maternité et décès s'élève par exemple à 12.89 % du salaire si l'on se base sur le régime général.

La cotisation patronale peut par ailleurs être influencée par le plafond salarial fixé par la Sécurité Sociale. Il est de ce fait primordial de serenseigner correctement afin d'éviter les erreurs.

S'informer sur les prestations prises en charge

Les risques encourus par les salariés dépendent de leur environnement de travail. Ceux qui passent leurs journées devant des écrans sont ainsi plus vulnérables aux troubles oculaires. Ceux qui travaillent dans les usines risquent des blessures durant la manipulation des machines. Chaque cas est différent et cela nécessite une mise au point rigoureuse.

La meilleure option consiste à comparer les différentes formules existantes. Cela permet de mieux cerner les spécificités de chacune d'entre elles, ce qui aide à identifier les plus pertinentes. Mais avant cela, il faut déjà identifier les prestations que la Sécurité Sociale prend en charge. De là, il est plus facile de définir si une complémentaire santé suffit ou s'il faut proposer une sur complémentaire aux salariés.

En tant que dirigeant, il est essentiel d'offrir un environnement rassurant aux employés. Ils doivent sentir que leur bien-être est pris au sérieux et qu'ils ont la perspective de bénéficier de soins parfaitement adaptés à leurs besoins.

Choisir un partenaire santé

C'est une étape cruciale pour assurer une bonne gestion des coûts. Une fois que le régime et les formules qui conviennent sont définis, la recherche d'un partenaire assureur est moins compliquée. En effet, le dirigeant d'entreprise a déjà cerné ses besoins et ceux de ses salariés. Il peut donc lancer un appel d'offres ou effectuer une comparaison plus discrète.

Les assureurs contactés et ceux qui répondent spontanément sont tenus de rédiger une offre détaillée. Ils doivent tenir compte des contraintes de l'entreprise, de la nature des activités, du nombre de salariés... pour établir une offre juste.

Par ailleurs, il est aujourd'hui courant que les partenaires - assureurs suggèrent différentes options au sein d'une même offre. C'est une pratique avantageuse car elle offre le choix aux entrepreneurs. Comme il n'y a aucune formule imposée, il est en effet plus simple de sélectionner la nature des prestations qui s'adaptent aux salariés.

Après consultation des offres, prévoyez toujours une entrevue avec le prestataire. Ce sera l'occasion de comprendre les détails de la proposition et d'établir un premier contact direct. Cela offre aussi l'opportunité de négocier les tarifs, sachant qu'une négociation n'oblige pas à la signature immédiate d'un contrat.

Choisir un partenaire santé se fait donc avec prudence. Il faut bien comparer le taux et/ou le montant de la prise en charge par rapport à la Sécurité Sociale et par rapport aux concurrents. Il faut aussi tenir compte des soins et différents prestations proposées pour que ceux-ci s'accordent aux exigences de l'entreprise.

En ce qui concerne les modalités d'adhésion, il est recommandé de choisir une formule qui prend effet immédiatement. En cas de maladie ou d'accident, le salarié n'aura pas à attendre indéfiniment pour que ses soins soient pris en charge. En outre, les formules qui ne requièrent pas le remplissage d'un long questionnaire sont plus susceptibles d'intéresser les employés. Cela leur offre l'assurance que leur état de santé actuel ne joue aucun rôle sur l'acceptation ou le refus de leur dossier.

En fin de compte, maîtriser les coûts liés aux régimes santé et prévoyance repose sur une bonne stratégie. Celle-ci consiste à ne jamais prendre de décision hâtive. Il faut prendre le temps d'identifier les risques et les soins adaptés tout comme il est nécessaire de comparer les formules répondant à ces contraintes. L'essentiel est de garantir des prises en charge adéquates sans que l'entreprise n'ait à verser des cotisations qui pèsent trop lourdement sur le budget.


Mes Solutions Mercer