Mon compte Devenir membre Newsletters

Le private equity a créé 61000 emplois en 2014, dont la moitié pour les LBO

Publié le par

Les entreprises françaises accompagnées par les acteurs français du capital-investissement auraient généré précisément 60.913 nouveaux emplois nets l'année dernière, dont 48% créées par des entreprises sous LBO, quand le secteur marchand français en perdait 63.400.

Le private equity a créé 61000 emplois en 2014, dont la moitié pour les LBO

Le mythe du LBO destructeur d'emploi ne résisterait pas à l'examen des faits, et des chiffres que vient de publier l'Afic, l'association des acteurs du private equity français. D'après cette étude sur l'impact économique et social des acteurs français du capital-investissement, publiée en partenariat avec EY, les entreprises détenues par les fonds d'investissement français ont créé 314 000 emplois nets entre 2010 et 2014. L'année dernière, ce sont 60.913 nouveaux emplois nets qui ont été générés, quand le secteur marchand français en perdait 63.400. Ces créations d'emplois proviennent d'une grande diversité de secteurs tant de l'économie traditionnelle, y compris de l'industrie, que des secteurs d'avenir. 99% de l'emploi créé se répartit à parts égales entre les entreprises accompagnées par le capital développement et le capital transmission / LBO.

Sélectivité drastique

Ces performances " hors normes " dans un contexte marqué par la croissance inexorable du chômage, s'explique par une sélectivité drastique des acteurs du private equity dont le choix se porte sur les entreprises au plus fort potentiel de croissance. Ainsi, les heureuses élues des portefeuilles des fonds de capital-investissement ont réussi à maintenir une croissance moyenne cumulée de leur chiffre d'affaires de + 22,4 % entre 2010 et 2014, soit plus du double de la croissance cumulée du PIB nominal français (+ 10 %). En 2014, le capital-investissement français a accompagné un stock de 6.106 entreprises, dont 89% sont basées en France. 74 % sont des PME, 24% des ETI et 2% des grandes entreprises. Pour 57% d'entre elles le recours à un fonds d'investissement est venu financer un projet de croissance (capital-développement), pour 23% une transmission, pour 19% des projets innovants principalement dans des start-up, et dans 1% des cas des situations de retournement

Mot clés :

Yousra Senhaji