Mon compte Devenir membre Newsletters

La clôture des comptes sans stress, une utopie? Pas chez Seb visiblement

Publié le par

Le stress à chaque clôture, vous connaissez ? Et si la solution était de mieux gérer son temps ? C'est la conclusion à laquelle est arrivée la direction financière du groupe Seb qui a décidé de proposer à ses équipes une formation sur la gestion du temps afin de retrouver un bien-être au travail.

La clôture des comptes sans stress, une utopie? Pas chez Seb visiblement

Chaque mois c'est la même chose : la clôture des comptes génère du stress au sein de vos équipes. Et si vous faisiez comme le groupe Seb ? Lassée de voir ses équipes perdre ses moyens lors des pics d'activité, la direction financière décide de faire comprendre à ses employés leur relation au temps afin d'apprendre à tenir leurs délais sereinement, à trier entre urgences et priorités, à savoir dire non.

Le groupe s'adresse alors à CSP afin de former 100 personnes à la gestion du temps et des priorités. Objectif : développer l'anticipation et la bonne priorisation des tâches.

Les managers, clés de voûte du dispositif

Huit sessions d'un jour et demi ont ainsi eu lieu afin de former le top management, le management intermédiaire et les équipes terrain. "CSP nous a conseillé de commencer par former les managers : ils se sont impliqués et ont écrit une charte de bonnes pratiques qui sert aujourd'hui de référence à tous les collaborateurs", précise Gwendoline Bonnard, responsable de la formation Groupe Seb.

Les managers ont en effet été un élément central de cette formation : au-delà de ce travail réalisé en amont, les managers ont échangé avec chaque collaborateur sur les objectifs et les bénéfices potentiels. Et, après la formation, ils ont suivi la mise en oeuvre des plans d'actions.

" Les participants se sont sentis valorisés par cette formation : ils ont constaté qu'elle avait été conçue pour les aider à gagner en efficacité dans leur métier. Elle a également permis de dédramatiser les difficultés rencontrées et a apaisé la vie en open space ", conclut Gwendoline Bonnard.