En ce moment En ce moment

Vigilance sur les avantages en nature automobiles

Publié par le | Mis à jour le
Vigilance sur les avantages en nature automobiles

Les avantages en nature sont soumis à l'impôt sur le revenu tout en faisant partie de l'assiette des prélèvements sociaux. Attention à ne pas en abuser...

  • Imprimer

Toujours en vogue, les avantages en nature automobiles sont très surveillés par l'administration fiscale et l'Urssaf. Cet avantage consiste à mettre à disposition du collaborateur un véhicule qu'il peut utiliser pour ses déplacements, même privés. Si ce véhicule est utilisé uniquement pour des trajets domicile-travail (voire travail-travail), les autorités administratives considèrent qu'il n'y a pas d'avantage en nature... sauf si l'entreprise démontre que le collaborateur ne dispose pas d'autre moyen de transport.


Trois cas de figure

Généralement, trois cas de figure recouvrent la notion d'avantages en nature. Le premier repose sur l'utilité, c'est-à-dire lorsque le collaborateur parcourt, dans le cadre de ses fonctions, de nombreux kilomètres. Le deuxième se justifie par l'image que souhaite véhiculer une entreprise en acquérant des automobiles haut de gamme. Enfin, troisième cas de figure, lorsque l'entreprise motive ses collaborateurs en leur proposant un véhicule qui prend en compte leurs goûts et critères personnels. Cette dernière situation est souvent sujette à des abus, comme le remarque Philippe Lechat, expert-comptable commissaire aux comptes chez Axiome: "Les problèmes sur l'évaluation des avantages en nature peuvent alors apparaître, notamment si les véhicules sont 'décalés' par rapport aux besoins du collaborateur."

Différence entre véhicule de fonction et de société
Relevant du droit fiscal et social, la nuance entre voiture de fonction et de société est souvent mal perçue. Un véhicule est considéré comme "société" lorsqu'il est utilisé uniquement dans le cadre de l'activité professionnelle du collaborateur. En revanche, la voiture de fonction demeure à disposition du salarié pendant ses heures de travail et en dehors, et peut donc faire l'objet d'avantages en nature. Pour cette dernière, le défaut d'entretien est considéré par la loi comme un motif de licenciement.


>> Lire la suite de l'article page 2


Jérôme Pouponnot

Sur le même sujet

Avez-vous le comportement des meilleurs managers de Google ?
RH
Avez-vous le comportement des meilleurs managers de Google ?

Avez-vous le comportement des meilleurs managers de Google ?

Par Aude David

Google a l'habitude de collecter et analyser des quantités colossales de données. Il était donc tout naturel pour le géant américain d'étudier [...]

Formation professionnelle, apprentissage et assurance-chômage : l'essentiel de la réforme
RH
Formation professionnelle, apprentissage et assurance-chômage : l'essentiel de la réforme
Ministère du Travail
Muriel Pénicaud lors de la présentation à la presse du projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, le 6 avril 2018.

Formation professionnelle, apprentissage et assurance-chômage : l'essentiel de la réforme

Par Pierre Lelièvre

Vendredi 27 avril 2018, Muriel Pénicaud présente en Conseil des ministres le projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel. [...]

Recrutement: attention aux CV mensongers!
RH
Recrutement: attention aux CV mensongers!

Recrutement: attention aux CV mensongers!

Par La rédaction

Deux employeurs sur trois ne contrôlent pas les références des candidats avant de les embaucher. EveryCheck, start-up spécialisée dans la détection [...]

Au bout de combien de temps un recrutement est jugé raté ?
RH
Au bout de combien de temps un recrutement est jugé raté ?

Au bout de combien de temps un recrutement est jugé raté ?

Par Laurent Bailliard

Recruter un collaborateur reste un moment délicat. Pour autant attention à ne baisser sa vigilance une fois le candidat en place. Selon Robert [...]

La rédaction vous recommande