En ce moment En ce moment

"J'ai mis en place un nouveau contrôle de la paie"

Publié par le | Mis à jour le
'J'ai mis en place un nouveau contrôle de la paie'

Avec 55 000 paies éditées par an, Club Med n'est pas à l'abri d'erreurs. D'autant plus qu'il y a une grosse part de contrats saisonniers. L'entreprise a donc profité de la mise en place de la DSN pour instaurer un contrôle de la paie.

  • Imprimer

Au sein du Club Med, la mise en place de la DSN (déclaration sociale nominative) fut assez douloureuse. "Notre prestataire avait du mal à nous accompagner dans les paramétrages", rapporte Jérôme Gosselin, responsable paie du Club Med. Il en discute avec le cabinet Ayming qui lui présente Dhatim, un éditeur ayant mis au point un outil pour automatiser le contrôle DSN et paie, Conciliator. "Lorsque nous avons réalisé un test avec l'outil, nous avons pris conscience que nos fichiers DSN n'étaient pas du tout conformes. Nous avons donc décidé de ­poursuivre avec cette solution", raconte Jérôme Gosselin.

La paie, vitrine des ressources humaines

La DSN fut l'occasion pour le groupe d'ouvrir une réflexion sur la paie en général. Car le Club Med, c'est 55 000 paies éditées par an, dans le monde entier, avec une grosse part de contrats saisonniers. "La paie est anxiogène. Nous avons des informations qui arrivent de partout et sous de nombreux formats différents : fichiers Excel, e-mails... Nos collaborateurs récupèrent même des informations par téléphone. Par ailleurs, la réglementation évolue tous les six mois. Il faut donc nous assurer que nous n'oublions rien", souligne Jérôme Gosselin. Il s'agit de s'assurer que tout est conforme. Vis-à-vis de l'administration mais aussi et surtout des salariés. "Le bulletin de paie est la vitrine des ressources humaines de l'entreprise. C'est un document important qui ne doit comporter aucune erreur pour ne pas perdre la confiance des salariés", confie Jérôme Gosselin. D'où le choix d'utiliser un outil qui permet d'assister les gestionnaires de paie dont le métier est somme toute assez stressant. "L'erreur est humaine : les paramétrages peuvent donc comporter des erreurs. Il est donc difficile de se passer d'un outil de contrôle", pense Jérôme Gosselin.

Vers le prélèvement à la source

Le Club Med a paramétré, sur l'outil adopté, plusieurs contrôles pour répondre aux aspects légaux de la DSN. Si bien que le prestataire de paie a subi une déferlante de remises à plat. "Nous avons créé une cinquantaine d'incidents en quelques jours", indique Jérôme Gosselin. L'entreprise est également en train de mettre en place des contrôles internes pour aller plus loin que la simple réglementation. "Nous ne voulons pas mettre en place trop de contrôles non plus. Car trop de contrôle tue le contrôle", estime Jérôme Gosselin. Leur mise en place va également servir à instaurer le prélèvement à la source, via le contrôle des taux. "L'avantage de cette solution, c'est que toutes les évolutions seront prises en compte", explique le responsable paie. Même si, pour lui, le prélèvement à la source est avant tout un sujet d'accompagnement du salarié plus qu'un sujet technique.

Repères

Raison sociale : Club Med

Activité : commercialisation de séjours dans des villages de vacances

Forme juridique : SAS

Siège social : Paris

Création : 1950

P-dg : Henri Giscard d'Estaing

Directeur financier : Michel Wolfovski

Effectif 2017 : 13 000 collaborateurs
dans le monde

CA 2017 : 1 527 M€

Eve Mennesson

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet