Mon compte Devenir membre Newsletters

Daf, ce qu'il vous faut savoir pour (bien) recruter en 2015

Publié le par

Un marché assez porteur, quoique tout en nuances. Un Daf un peu moins autonome. Une appétence pour certains profils, seuls à pouvoir jouer la surenchère salariale. Une tendance à pourvoir un poste à l'identique. Autant d'éléments à maîtriser pour asseoir l'attractivité du poste que vous proposez.

Daf, ce qu'il vous faut savoir pour (bien) recruter en 2015

"Le marché comptabilité et contrôle de gestion est bien plus dynamique que celui réservé au Daf", selon Bruno Fadda, directeur au sein de Robert Half. "Bien plus qu'en 2012 et 2013, pour Pauline Magat, manager au sein de la division finance de Robert Walters, surtout à compter de juin." "Si, début 2014, les entreprises ont été très attentistes, relate Mathieu Blaie, directeur régional comptabilité et finance d'entreprise au sein de Fed Finance, elles sont un peu moins frileuses depuis le troisième trimestre." Les experts sollicités sont tous d'accord pour parler d'une reprise, mais il faut se garder de tout enthousiasme (cf. baromètre Fed sur les motifs d'embauche) et tenir compte des nuances: traditionnellement, ce marché décolle en deuxième partie d'année et la reprise ne vaut que pour certains postes à haut potentiel. Voici donc ce que l'on peut projeter raisonnablement sur 2015.

Bruno Fadda, directeur au sein de Robert Half

Pour les experts Robert Half, il y a de plus en plus d'interlocuteurs dans le process de recrutement en finance d'entreprise

Sylvie Haldi, senior manager de Robert Half Finance


Le Daf recruteur ...presque autonome

"Le Daf a une idée très précise du profil qu'il recherche, donc un cahier des charges assez lourd", estime Sylvie Haldi, senior manager de Robert Half Finance, pour qui "très souvent, il y a un travail d'accompagnement à faire car ils ont une idée élevée de l'attractivité et du poste et de leur entreprise". Mais pour les experts Robert Half, ce n'est pas le seul fait du Daf: il y a de plus en plus d'interlocuteurs dans le process de recrutement en finance d'entreprise. "On peut compter le Daf, le manager type contrôleur de gestion, un membre de l'équipe, le DRH, un opérationnel lorsque le poste à pouvoir est en lien direct avec celui-ci et bien souvent le dg; ajoutez à cela s'il s'agit d'un groupe, un membre du corporate", détaille Bruno Fadda. Preuve de la transversalité de la fonction sans doute, pour les optimistes, mais gage de complexité et de lenteur pour d'autres!

Et si, pour Pauline Magat, "en dessous de 200 millions de chiffre d'affaires, le Daf est assez autonome dans un recrutement et forme un binôme avec le dg", en tout état de cause, veillez à jouer le rôle de chef d'orchestre. Le but? Éviter qu'en cours de recrutement, le candidat ne se voie décrit un poste différent selon chaque interlocuteur et écourter le process (quelques conseils de bon sens sur la conduite d'un tel entretien), "parce que, dans ce marché porteur, le bon candidat peut trouver assez vite ailleurs".

"Les descriptifs de profils se font en collaboration avec ceux qui seront amenés à travailler avec le candidat", confirme Mathieu Blaie. Dès lors, cela rallonge le process que l'expert évalue à "deux à trois semaines entre l'expression de besoins et la signature du contrat pour la comptabilité, à quatre à cinq semaines dans l'audit, la trésorerie...", car ces derniers, nécessitant une approche plus transversale, impliquent en plus du Daf et du responsable direct, le DRH et le dg. Des délais sur lesquels tous tombent d'accord en pointant une exception: "Le recrutement d'un directeur comptable prend plus de temps car les spécificités varient selon l'entreprise, ses outils informatiques, ses process de cash et la population très vaste", avertit Pauline Magat.