Mon compte Devenir membre Newsletters

[Trophées DAF 2017] Nicolas Zanelli (Lafuma): la finance au service de l'opérationnel

Publié le par

S'il est un Daf que l'on peut qualifier de business partner, c'est bien Nicolas Zanelli. À chacun de ses postes, il a cherché à faire comprendre la finance aux opérationnels. Et à comprendre leurs besoins pour leur livrer des outils utiles.

[Trophées DAF 2017] Nicolas Zanelli (Lafuma): la finance au service de l'opérationnel

Trois ambitions ont jalonné sa carrière: augmenter le résultat d'exploitation des entreprises, impliquer ses équipes - en hiérarchique et en fonctionnel - et se remettre en cause tous les six mois. Après une première expérience dans une banque d'affaire, Nicolas Zanelli intègre le groupe Richemont comme analyste financier au sein de Cartier. "Analyste au sens large. J'ai par exemple travaillé avec des architectes afin de réaliser une analyse financière des concepts", décrit-il. Puis un poste de contrôle de gestion au siège de Richemont lui est proposé mais "j'avais envie de quelque chose de plus opérationnel".

Il quitte donc le groupe de luxe pour Antalis International, où il réalise des tournées avec les commerciaux de l'entreprise pour comprendre les flux. "Mon objectif était de leur fournir des outils qui permettent de rendre la finance et le contrôle de gestion compréhensible par tous. Et je souhaitais que mes analyses fassent avancer les choses", souligne-t-il. On lui confie également la gestion du budget marketing afin qu'il fasse comprendre aux personnels de cette direction les tenants et les aboutissants de la finance. Il pilote également un projet SAP. Avant d'atterrir en logistique où il apprend énormément de choses sur le fonctionnement des entrepôts et du métier de transporteur. "J'ai cherché à comprendre comment calculer le bonus d'un cariste évoluant dans les entrepôts", rapporte-t-il.

Si son métier, proche des opérationnels, le passionne, Nicolas Zanelli est démangé par une envie de manager. Il rejoint donc la filiale Home shopping du groupe M6 où il a la charge d'une petite équipe responsable du contrôle financier: "Nous avons refait tous les reportings. J'ai remotivé mes équipes en leur accordant davantage de souplesse". Il s'attache ensuite à aller voir les opérationnels afin certes de comprendre leurs besoins, mais aussi de jauger de leur compréhension de la finance et des reportings. Nicolas Zanelli est également très proche de la direction générale avec laquelle il mène l'intégration de MisterGoodDeal, société rachetée par le groupe en 2005. En 2011, il devient Daf de Mayence, une centrale d'achats marketing, pour laquelle il réalise notamment de nombreux roadshows, afin de trouver des financements à long et moyen terme, et met en place un ERP et un centre de service partagé (CSP) européen des 15 filiales du groupe.

À votre avis

Le principal défi de votre fonction dans les 5 ans à venir?

Reconstruire le business model des sociétés qui vont devoir être plus digitales; s'internationaliser auprès de pays encore peu connus et mal maîtrisés.

Si vous n'étiez pas Daf/CFO, vous seriez?

J'occuperais un poste autour de la communication opérationnelle, des hommes et de la stratégie. Une entreprise ne vaut que par ses hommes.

> Lire la suite du portrait en page 2.