Mon compte Devenir membre Newsletters

[Trophées DAF 2017] Olivier Martineau (Sigfox): de l'audit à la start-up pour mieux construire

Publié le par

Le directeur financier de Sigfox, une start-up internationale en très forte croissance, est un passionné de nouvelles technologies. Et un constructeur, comme en témoigne son parcours.

[Trophées DAF 2017] Olivier Martineau (Sigfox): de l'audit à la start-up pour mieux construire

"Dans mon parcours, je n'ai jamais pris une place existante. J'ai toujours dû construire", résume Olivier Martineau, 45 ans. Le parcours de l'actuel Daf de Sigfox, une start-up toulousaine spécialisée dans l'internet des objets (IoT), ne souffre qu'une exception à cela: un début de carrière plutôt classique. Chez PwC. Olivier Martineau y est resté près de six ans comme auditeur. "C'est une excellente formation complémentaire, estime-t-il. J'y ai appris à m'adapter très vite à des problématiques et des entreprises très variées. C'est avant tout une bonne école et un accélérateur de carrière."

En 2003, le jeune auditeur intègre la filiale régionale toulousaine du promoteur immobilier Cogedim comme contrôleur financier. "Il n'y avait rien, se souvient-il. Il s'agissait d'une entreprise familiale qui opérait son passage en tant que filiale d'un grand groupe. J'ai dû structurer et standardiser toute la fonction financière."

Deux ans plus tard, Olivier Martineau est recruté par le groupe toulousain Weishardt (120 M€ de CA, 500 salariés), producteur de gélatine pour les industries pharmaceutique et agroalimentaire. Il y gravit les échelons: responsable du contrôle de gestion, contrôleur financier puis directeur financier. Avec 25 personnes sous sa coupe, Olivier Martineau va notamment structurer le contrôle de gestion, renégocier la dette bancaire, mettre en place du factoring et travailler à la cession d'une filiale en Espagne. Mais son principal chantier, c'est le montage d'une usine au Canada. "C'était un peu comme créer une start-up au sein d'un groupe", note Olivier Martineau.

À votre avis

Le principal défi de votre fonction dans les cinq ans à venir?

La maîtrise des risques, en particulier les problématiques réglementaires, juridiques, informatiques, de taux de change, de protection des brevets, etc. Le Daf doit savoir établir une cartographie des risques pour pouvoir les maîtriser. Son rôle est celui d'un chef d'orchestre.

Si vous n'étiez pas Daf, vous seriez?

J'aurais aimé être sportif de haut niveau, pilote de formule 1. Ou ingénieur dans le domaine des nouvelles technologies.

> Lire la suite du portrait en page 2.