Mon compte Devenir membre Newsletters

[Trophées DAF 2017] Caroline Barbery (Teads): des salles de marché à la start-up pour relever les challenges

Publié le par

Passionnée par les salles de marché, Caroline Barbery quitte cependant ce monde pour rejoindre celui de l'entreprise. C'est aujourd'hui dans une start-up française prometteuse qu'elle évolue, l'aidant à se financer et à se structurer pour devenir plus industrielle. Et conquérir le monde.

[Trophées DAF 2017] Caroline Barbery (Teads): des salles de marché à la start-up pour relever les challenges

Caroline Barbery a passé dix ans en salle de marché, comme analyste financier et manager sur valeurs moyennes dans deux grandes banques (Fortis et Natixis). Un poste qui correspondait à une réelle passion, celle des salles de marché. Mais, peu avant la crise financière de 2008, elle sent le vent tourner, trouve que les choses ne vont plus aussi bien dans le milieu bancaire, et décide de se tourner vers l'entreprise. "J'avais envie de participer à un projet, de construire quelque chose avec des équipes", indique-t-elle.

Ainsi, en novembre 2007, elle rejoint une "family office", Jaccar Holdings, pour laquelle elle recherche et gère des fonds d'investissement. Un poste qui se situe en Asie: Caroline Barbery passe ainsi 5 ans entre le Vietnam et Singapour. "Depuis un voyage que j'avais fait en Asie à titre personnel, je savais que je travaillerais un jour dans cette région. J'avais eu un véritable coup de coeur!", se livre-t-elle. Elle découvre une autre façon de voir le business, le prisme asiatique étant très éloigné de la vision européenne et lève un fond en 2008.

De retour à Paris pour des raisons personnelles, elle réalise un audit sur l'entreprise Teads pour le compte d'une société de gestion israélienne qui souhaite en savoir plus avant d'investir. Caroline Barbery rencontre à cette occasion les équipes financières avec lesquelles elle s'entend bien. Et qui lui apprennent qu'un poste de CFO vient d'être ouvert. "J'ai accepté de rejoindre cette entreprise qui me plaît pour son énergie. J'aimais également le challenge de devoir tout créer de zéro", explique-t-elle. Caroline Barbery conserve les équipes d'origine. "Je ne voulais pas perdre la connaissance de tout l'historique du groupe", souligne-t-elle. Même si elle opère des recrutements au gré de la croissance du groupe: son équipe passe d'une quinzaine de personnes à son arrivée en 2013 à 42 aujourd'hui. "Nous avons grandi avec le groupe qui est passé de 49 millions à près de 200 millions de chiffre d'affaires", insiste-t-elle.

À votre avis

Le principal défi de votre fonction dans les 5 ans à venir?

La digitalisation des données et avoir les bonnes équipes pour y répondre.

Si vous n'étiez pas Daf/CFO, vous seriez?

Si je n'avais pas accepté la proposition de Teads, je travaillerai certainement dans un fonds d'investissement.

> Lire la suite du portrait en page 2.