Mon compte Devenir membre Newsletters

Dessine-moi un Daf en 2020 : épisode 4

Publié le par

Au menu du CFO en 2020? Plus de financements alternatifs et plus de transparence financière pour Alexandra Krief, directeur chez Standard & Poor's, responsable des évaluations Mid-market sur la zone EMEA. Voici donc le temps 4 de notre série qui projette les Daf dans le futur!

Dessine-moi un Daf en 2020 : épisode 4

Funambule, mouton à cinq pattes ou chef d'orchestre ? Contre-pouvoir ou expert? La rédaction de daf-mag.fr a demandé à cinq acteurs de l'écosystème des directeurs administratifs et financiers de se prêter au jeu d'esquisser la fonction à l'horizon 2020. Voici le point de vue point d'Alexandra Krief, directeur chez Standard & Poor's, responsable des évaluations Mid-market sur la zone EMEA.

Plus de financements alternatifs et plus de transparence financière au menu du CFO de 2020

"La principale évolution que l'on a pu observer ces dernières années dans la pratique de la fonction de CFO d'une ETI est le recours aux financements alternatifs en complément des prêts bancaires. Et cette tendance devrait s'accélérer les prochaines années. Les directeurs financiers tentent de plus en plus de saisir les nouvelles opportunités d'une offre plus diversifiée, mais aussi plus complexe, pour obtenir des poches de liquidité plus larges et des maturités de dette adaptées à leurs besoins de financement. Or ces nouveaux marchés drainent des investisseurs institutionnels qui souhaitent accompagner le développement de ces ETI sur le moyen/long terme et ont besoin de transparence pour évaluer les risques de leur engagement.

Alexandra Krief, directeur chez Standard & Poor's


C'est là un changement culturel important pour certaines entreprises patrimoniales qui sont réticentes à ouvrir leur communication financière à l'extérieur ou craignent des process complexes et lourds à gérer. Ces craintes sont généralement exagérées dans la mesure où les demandes des investisseurs en dette sont souvent proches de celles des banques concernant la nature des reportings et que la diffusion des informations est limitée à un cercle restreint de partenaires, même s'il est nécessaire de construire une nouvelle relation de confiance avec ces nouveaux créanciers.

En revanche, à mesure que les financements alternatifs se démocratisent à un plus grand nombre d'ETI avec un ticket moyen en baisse, les CFO ont tout intérêt à crédibiliser leur démarche vis-à-vis de ces nouveaux acteurs en ayant, par exemple, recours à la notation pour faciliter ces financements et donner des gages de discipline financière. Ces investissements en temps et en coût peuvent paraître lourds et injustifiés dans le contexte d'ultraliquidité actuel mais les Daf avisés ont tout à gagner à mettre en place ces financements alternatifs aujourd'hui et à poser les jalons de leur relation avec ces nouveaux acteurs tant que les conditions de crédit sont encore en leur faveur".