Mon compte Devenir membre Newsletters

Dessine-moi un Daf en 2020 : épisode 1

Publié le par

Pour Hubert de La Bruslerie, directeur du Master MFE (Management financier de l'entreprise) de l'université Paris-Dauphine, le CFO de 2020 n'est autre que l'ancien secrétaire général des années 80. Explications

Dessine-moi un Daf en 2020 : épisode 1

Funambule, mouton à cinq pattes ou chef d'orchestre ? Contre-pouvoir ou expert? La rédaction de daf-mag.fr a demandé à cinq acteurs de l'écosystème des directeurs administratifs et financiers de se prêter au jeu d'esquisser la fonction à l'horizon 2020. Voici le point de vue d'Hubert de La Bruslerie, directeur du Master MFE (Management financier de l'entreprise) de l'université Paris-Dauphine.

Le CFO de 2020 n'est autre que l'ancien secrétaire général des années 80

"Le paradoxe est que le CFO de 2020 revient à des gammes de compétences des années 80 ! Face au développement des nouveaux risques auxquels sont confrontées les ETI -compliance, risques RSE, risques juridiques...-, la responsabilité du CFO idéal de demain renoue avec les exigences du bon vieux Daf à la française, qu'incarnait parfaitement la fonction de secrétaire général de l'entreprise, avec un fort tropisme pour le champ juridique en plus des compétences financières techniques.

Hubert de La Bruslerie, directeur du Master MFE


La difficulté de cartographier les risques contractuels nécessite de s'interroger sur la structuration juridique de l'entreprise pour cloisonner les risques au niveau des filiales et être en mesure d'anticiper et d'évaluer en amont les enjeux liés à des opérations de fusacq par exemple. Car seul le CFO peut centraliser cette fonction d'évaluation financière des risques qui échappe souvent aux compétences des avocats spécialisés.

En outre, dans le contexte actuel de taux d'intérêt structurellement bas, le CFO est bien moins confronté à des enjeux de recherche de financement mais plutôt exposé à la problématique de gestion d'une trésorerie anormalement atrophiée. C'est sur cette extrême adaptabilité à des contextes mouvants que nous avons organisé le cursus de formation de Master MFE pour façonner des profils ouverts et réactifs. Avec une large palette de contenus qui, au-delà d'une formation aux techniques financières classiques, abordent aussi des disciplines plus atypiques comme l'intelligence économique, enseignée par un ancien officier général d'État-major, la communication de crise, le coaching ou la gouvernance actionnariale".

A suivre: le point de vue de Rémi Carnimolla, managing director pour la France et l'Espagne de 3i; celui de Stéphane Bergez, responsable de l'activité ActoMezz; celui d'Alexandra Krief, directeur EMEA chez Standard & Poor's et Philippe Audouin, président de la DFCG