Mon compte Devenir membre Newsletters

+ 20 % d'embauches de directeurs financiers depuis début 2012

Publié le par

Une offre encore très forte cette année pour les experts financiers, des embauches en hausse pour les Daf et un temps moyen de recrutement qui s'allonge, c'est le constat du cabinet de recrutement Robert Walters au vu des demandes recensées au cours du premier semestre 2012.

+ 20 % d'embauches de directeurs financiers depuis début 2012

+ 20 % d'embauches de directeurs financiers depuis début 2012

" Les PME cherchent un directeur financier sur mesure, qui choisira ensuite son équipe opérationnelle ", remarque Coralie Rachet, directrice associée de Robert Walters, chargée notamment de la division finance entreprise. Ce cabinet de recrutement estime à 20 % la hausse des recrutements de directeurs financiers entre 2011 et 2012. Les offres pour des postes en consolidation, en trésorerie et en direction comptable (audits internes et directeurs comptables inclus) auraient pour leur part augmenté de 15 à 20 %.

" Les grands groupes sont acteurs de cette forte demande, mais également les PME, qui ont besoin d'internaliser ces services, alors qu'elles faisaient davantage appel à des cabinets spécialisés auparavant ", affirme Coralie Rachet. Le retour du traitement en interne se vérifie aussi pour les embauches : " Les offreurs de postes tentent également de faire l'économie des services d'un cabinet de recrutement, et cherchent des profils en interne ou essaient de se passer d'une embauche en surchargeant les équipes en place. Si bien que le degré d'urgence quand elles font appel à nous est de plus en plus élevé. "

Des délais de recrutement qui s'allongent encore

Autre donnée à la hausse selon Robert Walters : le délai moyen d'embauche d'un collaborateur financier. " Nous sommes actuellement sur une durée moyenne de deux mois, soit quinze jours de plus qu'en 2011. " Les sociétés sont victimes de leurs propres process, qui s'allongent en même temps que leur niveau d'exigence. Pas question de recruter une copie conforme du directeur financier précédent : " Les sociétés désirent des perles rares : des experts en conduite du changement, de réels business partners, pointus en cash et controling, ce qui rend les postes encore plus stratégiques qu'ils ne le sont de nature. Et c'est encore plus vrai quand la société est rattachée à un fonds d'investissement. "

Les PME cherchent des professionnels issus d'une nouvelle génération au profil plutôt traditionnel : les premières expériences en cabinet d'audit complétées par une expérience opérationnelle dans des grands groupes sur des fonctions variées sont particulièrement appréciées. Mais les profils internationaux sont de plus en plus sollicités. L'absence de maîtrise d'une langue étrangère (l'anglais principalement) et d'expérience probante à l'international sont de véritables freins lors d'un recrutement. D'après Coralie Rachet, les entreprises cherchent des talents exportables et mobiles, même si les postes à pourvoir ne nécessitent pas cette capacité. " Les entreprises anticipent les évolutions internes, qui peuvent conduire à des collaborations à l'international. Les nouvelles générations d'experts sont sensibilisées à cette nouvelle exigence et maîtrisent mieux l'anglais notamment. Les programmes de formation sont plus spécialisés, et la prise de conscience est plus forte. "

La binationalité très prisée

Les sociétés qui cherchent à recruter pour leur direction administrative et financière veulent l'excellence tout de suite. Elles ont trouvé la parade pour ne pas avoir à patienter. " La demande est de plus en plus forte pour des profils double nationalité, qui possèdent la maîtrise de deux langues et une ouverture culturelle supplémentaire, a remarqué le cabinet de recrutement. C'est presque un prérequis pour les auditeurs internes, auxquels on demande d'être internationaux, et qui consacrent 70 % de leur temps à des déplacements professionnels. "