Mon compte Devenir membre Newsletters

Infographie Reportings financiers: une transformation difficile!

Publié le par

Submergés par les données, les collaborateurs des directions financières perdent beaucoup de temps à collecter et vérifier la data pour réaliser leurs rapports. En cause: des outils inadaptés, au premier rang desquels les tableurs, selon une étude menée par FSN Publishing et Workday.

"Big data", "transformation digitale", "automatisation": alors que ces termes fleurissent dans les présentations Powerpoint des codir et comex, les services financiers réalisent encore manuellement de nombreuses opérations de contrôle et de nettoyage des données pour établir leurs rapports.

L'étude "The future of the finance function", menée par FSN Publishing et l'éditeur de logiciels Workday, révèle une réalité peu reluisante: plus de la moitié des décideurs financiers sondés effectuent la vérification et la mise à jour de leurs reportings financiers à la main, et dans 57% des cas, seule une personne à la fois peut travailler sur le rapport. Confrontés à une multiplication des feuilles de calcul en circulation et des sources de données, la moitié des CFO ne peuvent apporter une réponse ad hoc immédiate aux questions du codir portant sur les performance de l'entreprise.

"Face à toutes ces problématiques nuisibles à la performance de l'entreprise, les Daf doivent déployer de nouveaux outils et process pour gagner en productivité et en fiabilité", analyse Thierry Mathoulin, directeur général France de Workday. Ce qui passe par la mise en place d'une solution de reporting financier en "libre-service", sur laquelle les gestionnaires financiers peuvent directement enrichir, corriger, contrôler et manipuler les données.

Mais le déploiement d'un tel outil ne peut être envisagé que "dans un environnement unifié via un CPM (Corporate performance management), dont la vocation est de regrouper les processus de reporting financier au sein d'un environnement unique et centralisé", souligne l'expert. Ainsi, il revient au Daf de définir une hiérarchie de la donnée et un processus de workflow à partir duquel les gestionnaire habilités auront le droit d'intervenir sur la donnée.