Mon compte Devenir membre Newsletters

Réduction des délais de paiement : des gains pour le donneur d'ordre

Publié le par

Selon une étude de l'Observatoire des achats responsables et du cabinet A2 consulting, 78 % des fournisseurs sont prêts à faire des efforts financiers supplémentaires contre une réduction des délais de paiement.

Réduction des délais de paiement : des gains pour le donneur d'ordre

D'une manière générale, un donneur d'ordre a davantage à gagner qu'à perdre en réduisant le délai de paiement fournisseur. C'est ce que démontre une étude récente réalisée par l'Observatoire des achats responsables (ObsAR) et le cabinet A2 consulting auprès de 300 décideurs (fonctions achats et finances, chefs d'entreprises).

Les gains potentiels liés à un délai de paiement réduit sont nombreux. L'étude mentionne naturellement la limitation des indemnités de retard, l'accélération du règlement des litiges et la réduction des risques de défauts des fournisseurs.

Performance de la relation client/fournisseur

Mais là où les entreprises peu respectueuses des délais paient le prix fort, c'est en matière de performance de la relation client/fournisseur. En effet, 78 % des fournisseurs se disent prêts à faire des efforts financiers supplémentaires en cas de réduction des délais de paiement. Mieux, 43 % d'entre eux apporteraient un service de meilleure qualité et 44 % augmenteraient leurs efforts en termes de SAV.

Toujours selon l'étude, les donneurs d'ordres ont également à gagner sur le plan de la productivité. En effet, 6 % du temps des acheteurs et 4 % du temps des financiers est consacré à la gestion des retards de paiement.

Coûts moindres

Face à ces gains, les coûts d'une réduction du délai de paiement sont moindres. L'impact sur le BFR est à relativiser " compte tenu du niveau très bas des taux d'intérêt en l'état actuel du marché monétaire ", souligne l'étude. Le coût d'une mise à niveau des outils est également limité, dans la mesure où la moitié des entreprises interrogées se déclarent capables,en l'état actuel de leur organisation (SI, pilotage, processus), de payer leurs fournisseurs à 30 jours. Reste le coût lié à l'abaissement de la note financière, qui peut être important en cas de dette élevée ou d'investissements lourds.

Enfin d'après l'étude, la réduction des délais de paiement passe par une volonté politique se traduisant par l'adaptation de la culture d'entreprise et de son organisation (opinion partagée par 53 % des acheteurs). Pour la moitié des acheteurs et un tiers des financiers, il est également nécessaire d'adapter les outils de l'entreprise (ERP, indicateurs de pilotage).