Mon compte Devenir membre Newsletters

SI, risques métier, modèles d'exploitation : les difficultés des Daf sont désormais internes à l'entreprise

Publié le par

Depuis trois ans, les directions financières ont appris à mieux gérer les contraintes extérieures (réglementation, volatilité des marchés...). Aujourd'hui, leurs principaux défis sont internes à l'entreprise, selon la dernière étude d'Accenture.

SI, risques métier, modèles d'exploitation : les difficultés des Daf sont désormais internes à l'entreprise

Ces trois dernières années, les directions financières des grandes entreprises ont fait de réels progrès dans la gestion des contraintes extérieures. Désormais, elles estiment être davantage confrontées à des problématiques internes à l'entreprise. C'est le constat principal qui ressort d'une étude d'Accenture menée auprès de plus de 600 cadres de la finance.


Nouvelles sources de difficultés

Selon l'étude, les Daf se déclarent aujourd'hui moins concernés par la réglementation (39 % en 2014 contre 53 % en 2011), la volatilité des marchés (38 % contre 46 %) ou la recherche de nouvelles compétences (21 % contre 40 %). La majorité des défis auxquels ils s'estiment confrontés sont désormais liés à des difficultés internes et notamment :

- la nécessité de gérer différents systèmes informatiques (55 %);

- le besoin de répondre aux attentes de toutes les parties prenantes de l'entreprise (48 %);

- la gestion des nouveaux risques liés au métier (46 %)

- et la complexité croissante des modèles d'exploitation (28 %).

" Les directeurs financiers doivent anticiper de nouvelles sources de difficultés internes souvent associées à la croissance et à un niveau élevé de performance de leur entreprise ", analyse Florence Lafforgue, directrice de l'activité Finance et pilotage au sein d'Accenture stratégie pour la France et le Bénélux.


" Architecte de la valeur de l'entreprise "

L'étude montre que, dans ce contexte, les Daf ont également gagné en influence. En effet, près des trois-quarts des répondants estiment que l'influence des directeurs financiers sur la prise de décisions stratégiques s'est intensifiée depuis deux ans. " Ces dix dernières années, les attributions des directeurs financiers, surtout ceux des entreprises très performantes, se sont étoffées, constate Florence Lafforgue. Elles ne s'arrêtent plus au contrôle des coûts, aux pratiques comptables et au respect des obligations réglementaires, mais s'étendent au rôle plus vaste 'd'architecte de la valeur de l'entreprise'. "

Les Daf ont toujours plus d'influence en matière d'investissements numériques. Dans 30 % des cas, ils participent à l'orientation, la définition des priorités et à la gestion des décisions concernant les nouvelles technologies (40 % dans les entreprises très performantes). " Un grand nombre de ces directeurs ont compris que ces technologies, et notamment le Big Data et l'analytique, offrent la possibilité de fournir des données exploitables, d'accroître l'efficacité et d'améliorer la croissance et la rentabilité de l'entreprise ", note Florence Lafforgue.