Mon compte Devenir membre Newsletters

IPO : Les cotations des entreprises sous LBO ont atteint un record depuis 2001 !

Publié le par

Les trois premiers trimestres 2014 ont connu une activité exceptionnelle sur le front des IPO au niveau mondial, alimentée par les cotations d'entreprises détenues par des fonds d'investissement. Mais le retour de la volatilité à l'automne a mis un terme à cette frénésie boursière.

IPO : Les cotations des entreprises sous LBO ont atteint un record depuis 2001 !

1 204 IPOs ont été enregistrées pour un montant total de 256,5 milliards de dollars au niveau mondial en 2014, selon les données publiées aujourd'hui par le baromètre trimestriel " EY Global IPO Trends: 2014 Q4 ". Comparé à 2013, cela représente une augmentation de 35% en volume et 50% en montant, ce qui fait de 2014 la meilleure année depuis 2010 en termes d'IPOs enregistrées et de montant total levé, et même depuis 2001 si l'on considère les introductions en bourse de sociétés détenues par des maisons de private equity. Ainsi, plusieurs fonds LBO ont profité de ce vent favorable qui a soufflé sur les marchés pour orchestrer la sortie boursière de leurs participations, surtout aux Etats-Unis où les IPOs ont représenté près de la moitié des IPO de 2014 et quelque 26% des montants des sorties réalisées par les fonds d'investissement, mais aussi en Europe où les marchés financiers ont contribué à hauteur de 20% des montants des désinvestissements réalisés par le fonds.

Elior a fermé le bal des IPO françaises

En France, la frénésie boursière a gagné les fonds de private équity dès fin 2013, avec l'IPO de Numericable détenu essentiellement par les fonds anglo-saxons Cinven et Carlyle, puis Tarkett contrôlé par le fonds américain KKR ou encore GTT (Gaztransport & Technigaz) introduit par le fonds Hellman & Friedman aux côtés de GDF Suez et Total. Cette année, la chance boursière aura souri à Elior dont l'IPO orchestré cet été par ses actionnaires financiers Charterhouse et Chequers sera une des dernières opérations d'envergure avant la fermeture du marché boursier à la veille même de l'IPO programmée de Spie, contrôlé par Clayton Dubilier & Rice, Ardian et la Caisse de dépôt et de placement du Québec (CDPQ). Le retour de la volatilité mais aussi les contre-performances boursières des entreprises cotées par les fonds de private equity depuis début 2014 ont fortement contribué à détourner les investisseurs des IPO des sociétés sous LBO.