Mon compte Devenir membre Newsletters

Hugues Magron (Deloitte): "les fintech ont le potentiel pour devenir un "game changer" pour les entreprises"

Publié le par

Qu'est-ce que les fintech peuvent apporter aux Daf? Découvrez l'analyse de Hugues Magron, associé conseil industrie financière chez Deloitte.

Hugues Magron, Deloitte.

Hugues Magron, Deloitte.

> En quoi les Daf ont-ils intérêt à travailler avec des fintech?

De manière générale, les fintech présentes sur le marché des entreprises offrent des solutions innovantes en matière de services financiers dans la gestion des besoins de financement de ces entreprises: affac­turage, paiements, financement peer-to-peer, equity... Pour le World Economic Forum, "les fintech ont tout le potentiel pour devenir un "­game changer" pour les entreprises" car elles sont plus rapides, moins coûteuses et faciles d'accès. Tout est dit! Face aux difficultés que peuvent rencontrer les PME pour leur finance­ment et la gestion de leur trésorerie, l'offre des ­fintech repose sur une simpli­fication des démarches, des algorithmes d'analyse du risque intégrant d'autres paramètres que les seules données financières et offrant une capacité de réponse rapide, voire instantanée, et des coûts réduits grâce à l'approche "full digital" du service.

> Les fintech vont donc modifier les habitudes des Daf?

Ces nouveaux acteurs constituent une ­alternative aux services traditionnels des établissements financiers. Ils viennent modifier potentiellement les habitudes dans la recherche de financement.
Plus que des habitudes dans la façon de travailler, c'est la nature des relations avec ses interlocuteurs habituels qui est amenée à évoluer. Cela modifie aussi la façon de piloter l'entreprise, de manière plus réactive et plus flexible, l'automatisation de plusieurs opérations permettant une gestion en quasi temps réel.

> N'est-ce qu'un phénomène de mode ou est-ce une tendance de fond?

Preuve que ces nouveaux services devraient se développer, les grandes institutions financières s'y intéressent, à l'instar de l'annonce de l'entrée au capital du leader du crowdlending aux entreprises de grands acteurs de l'assurance . À court terme, le décret d'application du 22 avril 2016 auto­risant le crédit inter-entreprises devrait permettre une accélération du développement de ce marché. À plus long terme, de nouvelles techno­logies comme la "blockchain" (technique qui apporte une sécurité de l'information et impossible à détruire grâce à un mécanisme de cryptographie et de traçabilité) pourraient permettre de pousser les innovations encore plus loin.

Mot clés :