Mon compte Devenir membre Newsletters

Honoraires des commissaires aux comptes : vers un nouveau business model ?

Publié le par

Avec la crise, les honoraires sont en berne. Une réalité qui affecte même les plus grands comptes. Alors que leurs missions ne sont en rien allégées...

Honoraires des commissaires aux comptes : vers un nouveau business model ?

Même chez les plus grands comptes, les honoraires des auditeurs des sociétés stagnent (ceux du CAC 40 tournent ces dernières années, aux alentours de 730 millions d'euros, quand, de 2003 à 2008, le marché a augmenté en moyenne de 6,4% par an). Ces cinq dernières années, le taux de croissance annuel moyen de ces honoraires est de - 0,2%. Même constat de dégradation pour les honoraires des autres diligences liées à la certification (1).

Les entreprises essayent de revoir ces postes de coût à la baisse et les procédures d'appel d'offres concourent à cette situation. Il n'est pas rare de voir les cabinets, y compris celui qui vient d'achever son mandat, pratiquer une surenchère à la baisse afin de s'assurer emporter la mise. "Au cours de mon expérience comme Daf, j'ai vu ce phénomène s'intensifier. Ce marchandage peut créer un malaise : comment exactement valoriser une prestation au prix si volatile ? Quelle est la marge réelle du cabinet ? ", s'interroge Patrice Marteau président d'Acteo (Association pour la participation des entreprises françaises à l'harmonisation comptable internationale). L'hyper complexification de la réglementation et sa volatilité ont tendance à accroître les coûts des missions assumées par les CAC, menaçant directement leur rentabilité. Dans ce contexte, comment repenser le business model de l'audit, " par la valeur ajoutée apportée au client et/ou par la rentabilité via les technologies et le coût des équipes ? ", interroge Olivier Chaduteau, associé gérant de Day One, un des cabinets de conseil spécialistes du secteur. A cet égard, certains acteurs ont pris les devants. " Ils commencent déjà à se positionner sur de l'audit déporté (certains traitements sont réalisés en off-shore) ou lancent des politiques de recrutements de Bac +2 / +3 ", commente Olivier Chaduteau.

(1) Étude CACoCAC 2013, 4e édition de l'étude sur les honoraires des commissaires aux comptes du CAC 40, Day One, juillet 2013.

Mot clés :

Manon Sandrini