Mon compte Devenir membre Newsletters

Financement de l'export : cinq nouveautés !

Publié le par

L'export est aujourd'hui incontournable pour les sociétés qui souhaitent se développer. Le gouvernement l'a compris et poursuit ses coups de pouce pour soutenir les entreprises qui osent l'aventure à l'international. Voici 5 nouveautés qui devraient plaire aux Daf.

Financement de l'export : cinq nouveautés !

"Simplicité, continuité et efficacité" : c'est à travers ces trois mots qu'Emmanuel Macron, ministre de l'Économie et des Finances, a résumé la politique du gouvernement en matière d'aide à l'export, lors du Bercy Financements Export 2016. "Pour 2016, notre objectif est la démocratisation des financements : à tout moment, toute entreprise doit pouvoir trouver une solution de financement". Un objectif qui se traduit à travers cinq nouveautés en matière de financement de l'export.

1 - Transfert des contrats Coface vers Bpifrance

A la fin de l'été 2016, les garanties publiques à l'export seront gérées non plus par Coface mais par Bpifrance. Les produits ne seront pas modifiés et les processus seront maintenus. Objectif : offrir un guichet unique aux entreprises pour l'ensemble de leurs financements publics. Une nouveauté qui vise notamment les PME qui peuvent également trouver sur le nouveau portail france-international.fr toutes les informations nécessaires.

2 - La part française abaissée

Afin de bénéficier d'un soutien public à l'export, les entreprises devaient réaliser un certain pourcentage de leurs biens ou prestations sur le territoire national. Ce seuil, qui était fixé à 50% pour les garanties publiques et 60% pour les prêts du Trésor non concessionnels, sera désormais respectivement de 20% et 50%. Plus de projets seront désormais éligibles.

3 - Ouverture de l'assurance-crédit à 14 nouveaux pays

Afin de s'adapter à l'évolution du marché, le choix a été fait de rendre éligible l'assurance-crédit export pour quatorze nouveaux pays. Parmi lesquels Cuba, l'Ukraine et l'Iran - ce dernier sans restriction.

4 - Généralisation de l'assurance crédit court-terme

L'assurance crédit court-terme était jusqu'à présent possible mais au cas par cas et dans certains pays en difficulté. A terme, ce dispositif devrait être activable en permanence, notamment en cas de défaillance de l'assureur privé court terme. L'objectif étant de compléter l'offre privée ou de faire de la réassurance.

5 - Garantie directe de l'État

A partir de septembre, les entreprises seront assurées par l'État directement et non plus par un intermédiaire public. De quoi simplifier le discours vis à vis des "financeurs" et de rassurer certains d'entre eux.

6- Vers une garantie interne...

Pour l'instant, si un constructeur français livre un armateur français situé à l'étranger, cela n'est pas considéré comme une exportation et les aides publiques ne peuvent pas s'appliquer. Le gouvernement est en train de réfléchir à la mise en place d'un dispositif d'alignement afin que l'assurance-crédit soit utilisable.