Mon compte Devenir membre Newsletters

Experts-comptables et commissaires aux comptes : regards sur la réalité et l'avenir de ces professions

Publié le par

Experts-comptables et commissaires aux comptes font partie du cercle intime des conseillers du Daf. La structure de ce secteur, miroir de sa clientèle, repose sur un fossé entre grosses et petites structures. Mais il existe quelques acteurs atypiques et surtout une concentration s'amorce.

Experts-comptables et commissaires aux comptes : regards sur la réalité et l'avenir de ces professions

Qui sont-ils, ces 20 000 professionnels inscrits à l'Ordre des experts-comptables et à la Compagnie nationale des commissaires aux comptes ? S'ils sont soumis aux mêmes règles de déontologie et sortent à peu près du même moule pédagogique, leur manière de pratiquer le métier diffère considérablement. Le gap culturel est immense, à l'image de celui qui sépare "l'épicier du coin" de la grande surface Auchan, même si la métaphore avec le secteur de la grande distribution ne sera certainement pas du goût de ces professionnels, passés par la sélection de longues années d'étude sanctionnées par un stage de trois ans minimum dans un cabinet avant d'obtenir le titre suprême. Un cursus qui se rapproche de celui des études en médecine pour ces praticiens au chevet des entreprises, de leur naissance aux soins palliatifs. Mais l'analogie s'arrête là, car la profession des experts-comptables et commissaires aux comptes est bien moins homogène que la corporation des soignants.

En ce sens, le secteur des professionnels du chiffre se rapproche plus de la configuration de sa clientèle. D'un côté, les très grands cabinets, qui réalisent plus de 100 millions d'euros de chiffre d'affaires et emploient plus de 1000 collaborateurs, engrangent plus de 30 % des revenus alors qu'ils représentent moins de 1 % du nombre de cabinets hexagonaux. De l'autre, les structures de moins de 10 salariés représentent plus de 80 % du nombre de cabinets pour moins du tiers du chiffre d'affaires du secteur.

Stéphane Raynaud, directeur de la publication La Profession Comptable et dirigeant du cabinet BBA, conseil stratégique des experts-comptables

"On peut considérer que les sept premiers du classement trustent la plus importante part de marché auprès des ETI et grosses PME et qu'en dessous du top 25, on trouve plus rarement des cabinets qui arrivent vraiment à capter cette cible."


Une bipolarisation du secteur

Le classement annuel, en fonction des éléments déclaratifs, réalisé depuis une trentaine d'années par La Profession Comptable* de revenus reflète bien cette dichotomie. Indétrônables de la tête du classement, les Big Four : KPMG, Deloitte, EY et PWC, qui ont perdu leur Big Five en 2003 après la dissolution d'Arthur Andersen, absorbé par son confrère EY, à la suite du scandale d'Enron aux États-Unis (un choc assimilable à la faillite de Lehmann Brothers pour le secteur bancaire en 2008 !). À l'exception de KPMG, qui a su grandir tout en gardant son ADN locale, le top 5 du classement (avec Mazars) réalise la grande majorité de son activité en commissariat aux comptes, laissant l'expertise-­comptable à ses confrères plus petits et plus provinciaux. " Le classement illustre la bipolarisation du secteur entre les grands cabinets qui réalisent la plus grande part de leurs revenus en commissariat aux comptes et les réseaux moins importants qui se concentrent sur l'expertise comptable. Cette répartition reflète aussi la typologie de leur clientèle : aux grandes signatures internationales les grandes entreprises, aux petits réseaux les PME, TPE et autres professions artisanales et commerciales ", décrypte Stéphane Raynaud, directeur de la publication La Profession Comptable et dirigeant du cabinet BBA, conseil stratégique des experts-comptables. " On peut considérer que les sept premiers du classement trustent la plus importante part de marché auprès des ETI et grosses PME et qu'en dessous du top 25, on trouve plus rarement des cabinets qui arrivent vraiment à capter cette cible ; à l'exception des structures hyperspécialisées offrant des prestations haut de gamme qui n'ont plus rien à voir avec la révision des comptes ou le commissariat aux comptes ", poursuit l'expert.



Quelques acteurs atypiques

Qu'elles se spécialisent dans les due diligences d'acquisition, le conseil en restructuring ou d'autres services financiers haut de gamme, ces structures, souvent composées de "spin-off" des Big Four (comme 8Advisory ou Accuracy dont le noyau dur est composé d'anciens d'Arthur Andersen), ne font d'ailleurs pas partie du classement et, parfois, dédaignent même de s'inscrire à l'Ordre. Autre absent - de taille ! - de ce classement : Fiducial. Cet acteur atypique dans le monde policé du chiffre est devenu, à coup de diversifications, une espèce d'animal hybride regroupant des métiers éloignés de son ADN d'origine. Avec près d'un milliard d'euros de revenus en Europe et 1,7 milliard de dollars au niveau mondial, l'entreprise, créée en 1970 par l'expert-comptable Christian Latouche, s'est diversifiée, dès les années 1990, en rachetant le spécialiste de fournitures de bureau Saci, et fait partie des rares acteurs de la comptabilité hexagonale à avoir franchi l'Atlantique dès la fin de cette même décennie. En parallèle à une stratégie de croissance externe soutenue dans son métier d'origine - l'expertise comptable -, Fiducial n'aura de cesse d'élargir sa gamme de prestations de services aux entreprises : après les fournitures de bureau donc, ce sera l'informatique, puis la sécurité, et enfin le métier de la banque dédiée aux TPE... Cette stratégie ambitieuse d'offre globale n'a toutefois que peu d'émules dans le milieu plutôt conservateur de l'expertise du chiffre.

La croissance s'y envisage essentiellement dans le sens vertical et plutôt via l'absorption des petits cabinets par les grandes structures. " La concentration s'accélère pour les acteurs de l'audit, souligne Stéphane Raynaud. Avec quelque 200 cabinets d'audit hexagonaux adressant les ETI, la France fait encore figure d'exception au niveau européen où le nombre d'acteurs est plus réduit. La tendance au regroupement est en cours et devrait certainement se stabiliser autour d'une quarantaine de cabinets d'audit. " Il est donc fort à parier que le top 10 du classement restera encore immuable pendant quelques années.

Consulter des extraits du classement 2014 de La Profession Comptable en pages suivantes

* Depuis plus de 20 ans, la revue La Profession Comptable publie le classement des cabinets de la profession comptable en fonction de leur chiffre d'affaires :

-Un premier classement pour les cabinets dont le chiffre d'affaires est supérieur à 7 millions d'euros,

- Un second classement pour les cabinets dont le chiffre d'affaires est compris entre 3 et 7 millions d'euros.

L'étude présente également les réseaux, groupements et associations techniques : le nombre de cabinets, le chiffre d'affaires total, les effectifs, l'appartenance à un réseau international.

Mot clés :

Yousra Senhaji