Mon compte Devenir membre Newsletters

L'Euro PP à la portée des ETI et de leurs Daf

Publié le par

Dans la vaste famille des financements alternatifs, l'Euro PP, bien que né il y a à peine trois ans, connaît un engouement et une démocratisation croissants auprès des ETI. Un outil de diversification des financements qui gagne à être mieux connu des DAF pour réduire leur dépendance aux banquiers.

L'Euro PP à la portée des ETI et de leurs Daf

Dans un contexte d'afflux de liquidité où les banques rivalisent d'agressivité pour accorder des prêts à des taux ridiculement bas, il peut paraître paradoxal de parler placement privé, forcément plus complexe et plus cher qu'un financement bancaire classique. Et pourtant... le marché des placements privés Euro PP connaît un succès croissant depuis deux ans, dopé ces derniers mois par la mise en place d'une charte et d'une documentation de financement standard. Comment expliquer cette contradiction ? " En plus d'être remboursable in fine et de libérer ainsi les cash flows de l'entreprise,

Yann Beckers, associé au cabinet Stephenson Harwood.

l'Euro PP offre une maturité plus longue qu'une dette bancaire classique (6/7 ans vs 5 ans), ce qui justifie le coût plus élevé de 150 à 200 pb par rapport au crédit bancaire, explique Yann Beckers, associé au cabinet Stephenson Harwood. S'il était réservé à ses débuts aux plus grosses ETI, il s'est considérablement démocratisé ces deux dernières années avec un ticket à partir de 10 à 15 millions d'euros, et bénéficie d'un environnement juridique stabilisé d'inspiration française. "

Diversification des financements

D'après le dernier rapport de l'observatoire des financements d'entreprise par le marché publié en juin 2015, les placements privés Euro PP ont séduit 38 ETI et 3 PME en 2014, soit le double des entreprises concernées en 2013 pour des tickets moyens en baisse de 17%. Un franc succès qui aurait toutefois connu un certain essoufflement en 2015 d'après l'édition de septembre de l'Observatoire des Euro PP du cabinet d'avocats d'affaires CMS Bureau Francis Lefebvre qui recense 26 opérations pour les trois premiers trimestres de 2015 contre 53 financements Euro PP sur toute l'année 2014.
" Ce ralentissement s'explique par une approche très compétitive de la part des banques qui ont voulu reconquérir des parts de marché prises par les financements alternatifs, justifie l'avocat spécialiste de la dette. Mais cela ne remet aucunement en cause l'intérêt de l'Euro PP et la tendance de fond à la diversification des financements des ETI en faisant appel aux marchés. " En outre, ce sont surtout les Euro PP cotés réservés aux plus grandes entreprises qui ont connu un certain désamour en 2015, tandis que la variante non cotée plébiscitée par les ETI de taille plus modeste est plutôt restée stable : 14 opérations recensées sur les trois premiers trimestres 2015 à rapporter aux 17 opérations comptabilisées sur toute l'année 2014.

Focus sur des ETI ayant recouru à l'Euro PP en 2015

Parmi les entreprises qui ont sauté le pas en 2015, on retrouve aussi bien le groupe coté de maisons de retraite médicalisées Le Noble Age (356 M€ de CA) qui a levé une enveloppe de 31,2 millions d'euros que la SSII en forte croissance Devoteam (443 M€ de CA) pour un ticket de 30 millions ou encore le groupe industriel spécialisé en ingénierie mécanique et hydraulique AD Industrie (200 M€ de CA) pour un emprunt d'une vingtaine de millions d'euros. Le spécialiste d'infrastructures internet OVH (250 M€ de CA) a, lui, osé fin 2014 coupler un Euro PP de 107 millions d'euros avec un crédit syndiqué de 160 millions pour financer un plan d'investissement de 400 millions d'euros sur trois ans. Un exemple typique d'une entreprise à forte croissance qui s'offre des marges de manoeuvre qu'un financement exclusivement bancaire n'aurait pas pu lui octroyer. " Le recours à l'Euro PP peut se justifier pour financer un investissement ponctuel, tel qu'une opération de croissance externe, ou servir à refinancer une partie de l'endettement de l'entreprise même s'il n'a pas du tout vocation à remplacer la dette bancaire, car les investisseurs de cette classe d'actifs ne viendront que si une partie significative de la dette bancaire reste en place ", précise Yann Beckers.

En page suivante : credit crunch, Bâle III et rôle du Daf