Mon compte Devenir membre Newsletters

Accès au crédit des PME : les solutions du Conseil d'analyse économique

Publié le par

Pointant notamment les financements de trésorerie et certains types de PME, le Conseil d'analyse économique préconise des pistes dédiées: affacturage inversé, accès au FIBEN...

Accès au crédit des PME : les solutions du Conseil d'analyse économique

Selon une note publiée le 1er décembre par le Conseil d'analyse économique, les défaillances d'entreprise ont bondi de 25% depuis le début de la crise. Faut-il y voir la conséquence directe des problèmes d'accès au financement pour ces entreprises ? Le document dresse un état des lieux du financement des petites et moyennes entreprises. " Dans un contexte de transformation majeure de la régulation bancaire, l'avenir du financement des PME suscite des interrogations légitimes ", écrivent les auteurs de ce rapport.


Des difficultés ciblées

Selon les conclusions du Conseil, les difficultés sont ciblées : elles touchent davantage les petites entreprises, notamment dans le secteur du BTP, et concernent les financements de trésorerie plutôt que d'investissement (seules environ 75% des PME obtiennent en totalité leur crédit de trésorerie selon une enquête de la Banque de France, rappelle le CAE). Enfin, ces difficultés ne sont pas sans lien avec l'allongement des délais de paiement.


L'affacturage inversé pour diminuer les délais de paiement

Pour répondre à ces difficultés, le CAE préconise une série de mesures qui visent notamment à fluidifier le marché du crédit. Il recommande par exemple le développement de l'affacturage inversé (lire notre actualité), afin d'assurer les PME contre le risque de délais de paiements excessifs de leurs grands donneurs d'ordres. " Les modalités de l'affacturage inversé paraissent parfaitement adaptées à la situation dans laquelle un donneur d'ordres important est en relation avec de nombreux fournisseurs PME ", écrivent les auteurs de la note.


Élargir l'accès au FIBEN

Autre axe avancé par le Conseil : la fluidification de l'information relative au risque des entreprises, qui faciliterait selon lui l'émergence d'un marché secondaire des prêts. Pour ce faire, les auteurs souhaitent notamment l'élargissement de l'accès aux données FIBEN (fichier bancaire des entreprises) à l'ensemble des acteurs économiques.

Aujourd'hui, ces données sont accessibles à l'ensemble des établissements de crédit, mais ne peuvent pas être communiquées à des tiers non autorisés. " Produite par la Banque de France, cette information pourrait soit être vendue à tous les acteurs économiques, soit être mise dans le domaine public au titre de l'open data ", avance le CAE. L'ouverture de ces données au plus grand nombre pourrait selon le Consil " faciliter de nouvelles relations de financement en dehors du secteur bancaire. "