Mon compte Devenir membre Newsletters

Le juriste d'entreprise, facteur de compétitivité

Publié le par

Le risque juridique constituant la majeure partie du risque en entreprise, le juriste est une valeur ajoutée qu'il ne faut pas négliger. Reste l'épineuse question de la non-confidentialité de leurs avis.

Le juriste d'entreprise, facteur de compétitivité

" Le droit est une industrie créatrice de valeur, d'emplois et source de compétitivité. " C'est ce que démontre une étude récente réalisée par le cabinet de conseil Day one et Bruno Deffains, professeur d'économie à l'Institut universitaire de France et Panthéon Assas, à la demande de l'Association française des juristes d'entreprise (AFJE), du Cercle Montesquieu et d'EY société d'avocats. Selon cette étude, l'industrie du droit représente en effet plus de 24 milliards d'euros d'activité et 243 000 emplois directs en France.


Gestion des risques

Le droit est facteur de compétitivité dans la mesure où il contribue au développement sécurisé des acteurs économiques, aussi bien en France qu'à l'étranger. " Les dirigeants ont compris que la gestion de risque était indispensable à tous les moments de la vie de l'entreprise (lancement d'un nouveau produit, implantation dans un pays...), or la majeure partie des risques est constituée de risques juridiques ", souligne Alexandre Menais, directeur juridique du groupe Atos et vice-président du Cercle Montesquieu. " Les avocats doivent faire face à un phénomène nouveau, la professionnalisation des directions juridiques, avec l'arrivée d'une nouvelle génération de juristes, essentiellement des anciens avocats mais aussi des " dirigeants " juridiques, à savoir des managers ayant des qualités de dirigeants et donc siégeant dans des comités exécutifs ", constate Alexandre Menais.


Confidentialité des avis

Reste que les juristes d'entreprise français réclament la confidentialité de leurs avis*, au même titre que les avocats. Cela permettrait de lutter à armes égales avec la concurrence étrangère : deux pays sur trois au sein de l'Union européenne offrent à leurs juristes la protection de leurs avis. " La confidentialité des avis serait un avantage concurrentiel pour nos entreprises, estime Alexandre Menais. Le fait de ne pas en disposer en France favorise la délocalisation des directions juridiques. "

Selon l'étude, le nombre de professionnels du droit pour 100 000 habitants est supérieur dans les pays européens ayant accordé la confidentialité des avis aux juristes : il est de de 271 au Royaume-Uni et de 203 en Allemagne contre 112 seulement en France (avocats et juristes confondus).

* à l 'heure actuelle, les avis qu'ils donnent aux autres acteurs de l'entreprise ne sont pas protégés par des règles de confidentialité et sont donc saisissables et utilisables en cas de visites et saisies réalisées au sein de l'entreprise.