En ce moment En ce moment

Revue de presse pour directeur financier (semaine du 9 mars 2018)

Publié par le | Mis à jour le
Revue de presse pour directeur financier (semaine du 9 mars 2018)

Recrudescence des cyberattaques, baisse du forfait social réservée aux PME, nomination de Xavier Niel au sein du 4e plus grand fonds d'investissement au monde, retard des entreprises françaises à l'export... Voici l'actualité qu'il ne fallait pas manquer cette semaine.

  • Imprimer

Vers un outil pour mesurer les inégalités femmes/hommes

Le gouvernement intégrera dans son projet de loi formation-chômage des mesures en faveur de l'égalité femmes/hommes. Les entreprises devront adopter un logiciel libre pour mesurer les écarts salariaux et réduire les différences dans les trois ans. Sinon, elles devront verser une pénalité de 1% de la masse salariale.

Pour lutter contre les inégalités salariales entre les hommes et les femmes dans l'entreprise, le gouvernement prévoit également d'introduire une obligation de résultats d'ici à 2022, une multiplication des contrôles ainsi qu'un alourdissement des sanctions.

Les responsables financiers doivent composer avec les cyberattaques

Les feuilles de route des trésoriers pourraient bien évoluer en 2018. S'ils savent parfaitement gérer les problématiques liées au financement et l'optimisation des outils de trésorerie, "les fluctuations inattendues de la parité euro-dollar depuis début janvier ou encore la recrudescence de cyberattaques d'envergure ciblant les ETI et les grands groupes" pourraient venir compliquer la tâche des responsables financiers. Une autre mission de taille semble attendre les trésoriers: la modernisation des outils de pilotage avec l'intelligence artificielle.

La blockchain, l'eldorado des entreprises

De nombreuses grandes entreprises (Kodak, Carrefour, Telegram...) veulent désormais avoir leur propre blockchain. La raison ? Développer un service permettant de réaliser une ICO. "La force de la blockchain, c'est justement qu'elle sécurise l'information, donc met de la confiance dans le système. Et ça, c'est révolutionnaire", explique Gilles Babinet. Privilégiée par les start-up, la blockchain fait partie des priorités des sociétés qui ont peur de rater le coche. Naturellement, il y a aussi un côté "coup" marketing qui pousse les structures à communiquer autour de leurs projets blockchain.

Épargne salariale: les PME privilégiées

Lors de son élection, Emmanuel Macron a annoncé sa volonté de développer l'intéressement et la participation, et de baisser le forfait social pour l'ensemble des entreprises afin de favoriser l'épargne longue. Finalement, dans le cadre de la future loi Pacte, seules les PME auraient droit à une baisse de cette taxe frappant les contributions versées par les employeurs au titre de la participation ou de l'intéressement. Les grandes entreprises seraient écartées.

Xavier Niel rejoint le 4e plus grand fonds d'investissement au monde

Xavier Niel, le patron de Free, a été nommé au conseil d'administration du géant américain du capital investissement, le fonds KKR. Seul Européen à y siéger, il "pourra apporter son flair, sa vision et sa grande connaissance des secteurs des technologies au fonds de private equity qui s'est diversifié ces dernières années, dans l'énergie, l'immobilier, les infrastructures, la santé et les entreprises de croissance". Présent dans 16 pays, le fonds, considéré comme le quatrième plus grand fonds d'investissement au monde, gère pour 168 milliards de dollars d'actifs.

Les PME et ETI trainent des pieds à l'export

15 % des ETI (entreprises de taille intermédiaire) et PME françaises sont exportatrices, quand cette part grimpe à 51% en Allemagne, 46% en Espagne, 17% en Grande-Bretagne et 12% en Italie. Pourquoi? Une étude sur l'internationalisation des PME, menée par les banques et institutions nationales de développement de France (Bpifrance), d'Espagne (ICP), d'Italie (CDP), d'Allemagne (KWF) et du Royaume-Uni (British Business Bank), donne les raisons de ce retard français.

L'enquête pointe du doigt le côté opportuniste et individualiste des entreprises françaises, souvent "emmenées par les régions", "bénéficiant d'un soutien public", quand nos voisins européens préfèrent chasser en meute, envisageant l'international comme une "attitude de coopération intelligente".


La rédaction

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet