Mon compte Devenir membre Newsletters

Infographie Observatoire IDC pour Microsoft : l'impact de la transformation numérique des métiers de l'entreprise

Publié le par

Une enquête menée par IDC pour Microsoft a permis de déterminer l'impact de la transformation numérique sur les organisations et les directions métiers et la DSI, placés au coeur de la chaîne de décisions aux côtés de la direction générale.

Ce n'est plus une idée reçue : l'impact du numérique est déjà sensible sur la transformation des métiers. En France, dans les entreprises de plus de 500 collaborateurs, la part des salariés ayant des compétences numériques va augmenter de 59% dans les 5 ans. C'est le cas déjà pour 36,6% des effectifs des directions marketing, finance et RH qui disposent de compétences numériques, soit près de 28 000 salariés sur un total de 77 000 au sein de ces départements. Un pourcentage qui devrait donc atteindre plus de 59% dans 5 ans, près de 17 300 salariés en plus qui disposeront de compétences numériques. En conséquence, le temps passé par les équipes sur les activités liées au numérique croîtra de manière importante. Pour 57% des directions métiers, cela se traduira également par la création ou l'évolution de nouveaux métiers au sein de l'entreprise.

Le paradoxe des directions financières...

Au global, 71% des départements marketing, finance et RH pensent que l'explosion des volumes de données impactera les compétences métiers au sein de l'entreprise. Au niveau fonctionnel, la perception vis-à-vis des nouveaux métiers varie sensiblement d'une direction à l'autre. A noter le paradoxe au sein des directions financières qui sont celles qui perçoivent le plus cet impact, mais ce sont aussi celles qui ont le moins avancé dans la mise en place de nouveaux métiers. Un phénomène de rattrapage fort est à anticiper dans les 2 ans à venir. Les directions marketing sont quant à elles plus alignées entre les besoins et la mise en place des nouveaux métiers.

... et des DRH

Les directions des ressources humaines sont celles qui sont le moins directement impactées par le numérique dans leur métier. Et pourtant, ce sont les directions qui avancent le plus au sein de l'entreprise dans la mise en place de nouveaux métiers, en raison de leur fonction centrale dans ce type de projet de transformation. Ainsi, les DRH considèrent, loin devant les autres (84%), que le numérique aura un impact sur les compétences métier au sein de l'entreprise. Viennent ensuite les directions financières, avec 66% d'avis dans ce sens. L'évolution des outils métiers et des pratiques liées à leur mission explique ce point de vue tranché, puisque 52% estiment que cet impact sera fort alors qu'il est majoritairement modéré chez les DRH (47%). Enfin, les directions marketing, qui estiment à 64% que les métiers évolueront avec le numérique, présentent moins d'aspérités, le processus étant déjà bien enclenché de leur côté. De la même façon, les directions des Ressources Humaines interrogées se placent devant les autres directions métiers puisqu'elles sont 68% à anticiper la création et développement de nouvelles compétences dans l'entreprise, là où les directions marketing sont 51% et les directions financières 41%. Ces dernières, sans doute plus habituées à externaliser une part de leurs processus, sont en effet moins concernées par les nouvelles compétences internes.

Des projets numériques portés par la DSI

Enfin, Les projets numériques restent majoritairement portés au sein des comités de direction par la DSI (46% des entreprises) mais aussi directement et/ou conjointement par la direction générale (45% des entreprises). Face à ces évolutions, 69% des directions métiers pensent que le numérique changera le rôle joué par la DSI au sein de l'entreprise, dont 41% de manière certaine. Si la perception de la DSI par les métiers est essentiellement d'être un facilitateur dans l'usage de nouveaux outils numériques, ce rôle est amené à se transformer encore plus significativement en vecteur d'innovation.

Méthodologie

Une étude réalisée en janvier 2014 auprès d'un échantillon représentatif de 225 décideurs métiers issus d'entreprises de plus de 500 salariés basées en France. Les 225 décideurs se composent de 3 populations égales de 75 décideurs issus des départements marketing, finance et ressources humaines.