Mon compte Devenir membre Newsletters

La dématérialisation des factures : un enjeu d'efficacité majeur pour les Daf

Publié le par

DAF et DSI s'accordent pour considérer la dématérialisation comme une priorité stratégique pour la performance de la fonction finance

La dématérialisation des factures : un enjeu d'efficacité majeur pour les Daf

A en croire une étude publiée par EY (Ernst & Young) collaboration avec DIMO Gestion, la dématérialisation des factures fournisseurs est véritablement perçue comme un levier d'efficacité et de performance pour les entreprises, et ce par 82% des DAF et 66% des DSI qui considèrent la dématérialisation comme une priorité stratégique pour la performance de la fonction finance. En raison d'un contexte économique actuel qui contraint les entreprises à une pression de plus en plus forte et qui impose une véritable culture de la performance, le "travailler mieux, plus vite et à moindre coût" est très recherché.

Un processus en phase avec les objectifs

La réduction des dépenses et l'augmentation de la productivité sont au coeur des priorités et conduisent les entreprises à mener des actions de transformation visant la simplification et l'optimisation des processus opérationnels et supports. Or, la dématérialisation permet de sécuriser et d'automatiser des processus (fournisseurs, clients) souvent chronophages et à faible valeur ajoutée. Ainsi, 47% des DAF et DSI sondés se déclarent équipés d'une solution de dématérialisation des factures fournisseurs. Les solutions utilisées sont opérationnelles depuis plus d'un an pour 74% des répondants et pour 26% depuis moins d'un an. Aussi, 71% des DAF et 62% des DSI estiment que "la réduction des délais de validation" est le 1er bénéfice constaté à la dématérialisation. Et côté satisfaction? 56% des entreprises qui sont équipées d'une solution de dématérialisation indiquent être "satisfaites" et 32% "très satisfaites".









Méthodologie

Les données quantitatives sont issues d'un questionnaire administré en ligne entre le 24 janvier et le 15 mars 2013 auprès d'un panel de 4 700 entreprises françaises, réalisant un chiffre d'affaires supérieur à 50 millions d'euros, tous secteurs d'activité confondus. Les questionnaires ont été adressés par e-mail aux directions administratives et financières ainsi qu'aux directions des systèmes d'information de ces entreprises. Les questionnaires contenaient des questions communes aux deux populations, ainsi que des questions spécifiques à chaque fonction. 217 personnes ont répondu au questionnaire, dont les deux tiers appartenant à des fonctions financières.