Mon compte Devenir membre Newsletters

Les tensions entre Daf et DSI, frein à la transformation IT des entreprises

Publié le par

Daf et DSI sont les acteurs-clés de la transformation IT de leur entreprise. Or, leur manque de collaboration, exacerbé par les conflits, constitue un obstacle de taille dans la mise en oeuvre des projets IT, selon une étude de Forbes Insights et Dell EMC. Explications.

Les tensions entre Daf et DSI, frein à la transformation IT des entreprises

Près de neuf dirigeants sur dix estiment que des obstacles importants empêchent les Daf et les DSI de collaborer plus étroitement, freinant la transformation IT de leur entreprise, selon l'étude IT Transformation: Success Hinges on CIO/CFO Collaboration publiée par Forbes Insights en association avec Dell EMC.

Ces obstacles ne sont pas insurmontables mais particulièrement préjudiciables !

Daf et DSI défendent leur pré carré

Quand 30 % des Daf reprochent aux DSI leur manque de vision business, 29 % des DSI, de leur côté, soulignent le manque d'expertise technique des Daf.

Pourtant, loin de s'opposer, la vision financière et budgétaire d'un côté et technique de l'autre se complètent, afin de trouver une solution équilibrée en termes de sécurité, de technologies et de coûts. " Une bonne collaboration entre ces deux fonctions est indispensable pour associer les investissements informatiques aux résultats commerciaux ", souligne Gaurav Chand, SVP Marketing chez Dell EMC.

Daf et DSI doivent donc apprendre à se comprendre et accepter l'expertise de chacun afin de développer une relation constructive. (A lire notre article "Daf et DSI, un duo à l'unisson...ou presque" : l'article date un peu mais les pistes à explorer et best pratices restent d'actualités)


Daf et DSI sont d'accord sur un point : les Daf ont une vision dépassée du rôle du DSI.

La DSI, cantonnée à un simple centre de coûts

Or, dans des proportions similaires (environ 30 %), Daf et DSI sont d'accord sur un point : les Daf ont une vision dépassée du rôle du DSI. Cette perception réductrice est partagée par 45 % des dirigeants européens.

" Certains directeurs financiers continuent de considérer l'IT comme un simple centre de coûts, ce qui ne facilite guère la collaboration ", indique Bruce Rogers, Chief Insights Officer chez Forbes Media. Ayant pris de la hauteur par rapport à la technique, en se positionnant comme des business partners, les DAF ne reconnaîtraient donc pas cette capacité aux DSI...

Enfin, autre source de conflit importante, une organisation de reporting obsolète !


A défaut de coopération Daf/ DSI, la compétitivité qui trinque

Le manque de coopération entre Daf et DSI porte préjudice aux entreprises. Les dirigeants sondés craignent de se laisser distancer par leurs concurrents, de perdre du temps, d'aboutir à des investissements technologiques non optimisés et de ne pas avoir les moyens de s'adapter à leur marché.

Les entreprises se priveraient donc des bénéfices de la transformation IT. Celles qui mènent à bien leur processus de transformation affichent une solide compétitivité, une forte croissance, ainsi qu'une augmentation de leur chiffre d'affaires et de leurs bénéfices d'au moins 7 % sur l'année dernière, selon l'étude.

Méthodologie

Étude réalisée auprès de 500 dirigeants du monde entier : 30 % proviennent d'entreprises nord-américaines, 30 % d'Asie-Pacifique, 30 % de la région EMEA et 10 % d'Amérique du Sud. Ils travaillent dans différents secteurs, dont l'énergie, la santé, la technologie et l'éducation. Tous sont des hauts dirigeants : 40 % de DSI, 40 % de DAF et 20 % de COO et de CEO. Des entretiens complémentaires avec plusieurs dirigeants ont été menés afin d'étoffer les conclusions.