Mon compte Devenir membre Newsletters

Fournisseurs étrangers : loin des yeux, loin du compte ?

Publié le par

Si l'achat de produits ou de services auprès de fournisseurs étrangers, notamment dans les pays émergents, peut permettre de réduire les coûts, il faut compter avec des risques accrus : moins bonne connaissance de la chaîne d'approvisionnement, risques de retard ou de rupture de l'approvisionnement.

Fournisseurs étrangers : loin des yeux, loin du compte ?

La mondialisation s'accompagne d'une pratique de plus en plus courante de l'externalisation et de la délocalisation. Mais ces pratiques ne sont pas sans risques. " Le risque à l'international n'est pas que différent, il est surtout démultiplié, estime Dominique Chabert, de Coface Services. Car le commerce international est un vrai métier, c'est toujours une prise de risque supplémentaire, tout particulièrement en ce qui concerne le risque fournisseur. " Les délais de négociation avec des entreprises étrangères sont notamment plus longs ; l'approvisionnement auprès d'un fournisseur étranger peut peser sur le flux de trésorerie en cas de retard de livraison ou de baisse du contrôle de la qualité du fournisseur en exposant l'entreprise à des pénalités importantes. Il peut aussi nuire au fonds de roulement dans le cas de fournisseurs exigeant le paiement à l'avance, comme c'est le cas par exemple pour certaines sociétés chinoises. De telles pratiques peuvent nécessiter l'engagement de fonds pendant de longues périodes pour l'entreprise cliente.

La connaissance du fournisseur et de la chaîne d'approvisionnement complexifiée

Même en Europe occidentale, la récupération des bilans des fournisseurs, nécessaire à l'évaluation de leur santé financière, peut s'avérer ardue. " En Allemagne, les sociétés ne sont soumises à aucune obligation de publier les comptes. Les pays du sud de l'Europe sont également très difficiles à aborder de ce point de vue ", déplore David Brault, fondateur d'Objectif Cash. " Il est parfois difficile de vérifier jusqu'à l'existence légale de l'entreprise, et de contrôler les éléments qu'elle fournit ", remarque Olivier Constant (Afnor Solutions Achats). Les experts se méfient notamment des pays du Maghreb et d'Europe de l'Est.

Le fait de solliciter des fournisseurs situés hors du périmètre géographique de l'entreprise entraîne, par ailleurs, souvent une (encore plus) mauvaise connaissance de la chaîne d'approvisionnement. " Les sous-traitants étrangers font, à leur tour, appel à d'autres sous-traitants, souvent dans d'autres pays. D'où une extension de la chaîne d'approvisionnement, ce qui rend plus difficile l'identification d'incident dans le cas de la rupture de l'un des maillons de la chaîne ", remarque Loïc Le Dréau, directeur de souscription et clientèle pour l'Europe du Sud pour le groupe de prévention et d'assurance des risques industriels FM Global. Il cite en particulier les zones émergentes d'Asie, d'Europe de l'Est, d'Afrique du Nord ou d'Amérique Latine. Des marchés où les responsabilités juridiques sont parfois difficiles à déterminer, et où les standards de prévention sont souvent plus faibles que ceux pratiqués en Europe de l'Ouest. Une problématique d'autant plus sensible lorsque les fournisseurs ont accès à des données confidentielles : plans ou moules de produits spécifiques, formules chimiques secrètes... et où la multiplication des sous-traitants accroît le risque de fuite.

Risques de cataclysmes et d'image

Les sous-traitants situés dans des pays émergents sont exposés à des risques plus importants comme l'instabilité politique ou les fluctuations monétaires. Certaines zones sont également plus régulièrement touchées par les catastrophes naturelles. En 2011, année record en la matière, les dégâts liés aux cataclysmes ont atteint 400 milliards de dollars selon les assureurs. Le tsunami au Japon, les inondations en Thaïlande ou encore les tremblements de terre en Turquie et en Nouvelle-Zélande ont provoqué la disparition de nombreuses entreprises, entraînant des retards et des ruptures en matière d'approvisionnement dans plusieurs filières, notamment dans le secteur automobile.

Les experts mettent enfin en garde les entreprises sur un éventuel impact négatif en matière d'image. " Ce que l'entreprise gagne sur le prix en allant sur des marchés émergents, elle peut le perdre sur l'image, en particulier s'il s'agit d'une entreprise de biens de grande consommation, qui sont des sociétés particulièrement exposées à ce type de risque, avertit David Brault. " En avril dernier, le drame du Rana Plaza, près de Dacca au Bangladesh, a fait plus de 1 100 morts, et compte parmi les catastrophes industrielles les plus meurtrières de l'histoire. Dans les décombres de l'immeuble de neuf étages, des étiquettes de marques occidentales sont découvertes, dont le groupe français Camaïeu. " Pour éviter ces problématiques, il est possible de faire appel à des sociétés d'audit, mais rien ne remplace le contact. La meilleure solution est de se rendre sur place et d'aller soi-même vérifier les installations ", recommande l'expert.

La carte des risques d' Euler Hermes : un premier indicateur pour évaluer le risque fournisseurs
De grandes disparités existent d'une région à l'autre en matière de risque, comme le démontre la carte des risques pays réalisée par Euler Hermes et accessible sur leur site web. Si ce document est destiné, à l'origine, à gérer le risque client en évaluant les risques de non-paiement des entreprises dans un pays donné, il peut également constituer un premier indicateur pour évaluer le risque fournisseurs. Cette carte, qui recense 241 pays et territoires en s'appuyant sur des indicateurs économiques quantitatifs et qualitatifs, montre que la région Europe constitue l'une des moins risquées, à l'exception de certains pays, notamment en Europe de l'Est. Le risque en Lituanie et Ukraine ou encore en Roumanie est ainsi classé "élevé". " La nature des risques des pays européens peut être plus facile à comprendre et à appréhender, même si chaque pays présente des différences importantes en termes de pratiques commerciales et de législation, notamment pour les procédures collectives et le recouvrement. Usuellement, les banques allemandes ont un partenariat fort avec leurs clients, et les donneurs d'ordre ont aussi la réputation de soutenir leur réseau de fournisseurs ", explique Alexis Prevesianos, directeur grands groupes et institutions chez Euler Hermes France. Les zones les plus risquées se trouvent en Afrique subsaharienne, au Proche-Orient, et dans certains pays d'Amérique du Sud.