Mon compte Devenir membre Newsletters

Fin des tarifs réglementés dans l'énergie : agissez avant qu'il ne soit trop tard !

Publié le par

Le 31 décembre 2015, les tarifs réglementés de gaz et d'électricité auront totalement disparus pour les professionnels. Les entreprises devront alors avoir choisi leur nouveau fournisseur parmi les nombreux acteurs du marché. Un gros chantier qui exige de s'y atteler le plus tôt possible.

Fin des tarifs réglementés dans l'énergie : agissez avant qu'il ne soit trop tard !

Avant le 1er janvier 2016, les entreprises devront avoir trouvé de nouveaux fournisseurs de gaz et d'électricité : : les tarifs réglementés de gaz et d'électricité auront en effet disparu pour les professionnels. Si la quasi totalité des entreprises l'ont déjà fait pour le gaz (ne reste plus que celles consommant moins de 200 MWh pour qui la fin des tarifs réglementés s'applique au 31 décembre 2015), la plupart n'ont même pas encore entamé leur recherche de fournisseur d'électricité. Or, "plusieurs mois sont souvent nécessaires",avertit Laurent Hornez, manager au sein de la société de conseil Cristal Décisions. Car il ne faut pas croire qu'il suffira de dupliquer le travail qui a été fait pour le gaz : "La fin des tarifs réglementés de l'électricité est plus compliquée : les prix sont plus complexes et les budgets plus conséquents", poursuit Laurent Hornez.

N'attendez donc plus! Car le principal risque n'est pas de voir son électricité coupée mais de ne pas disposer de suffisamment de temps pour pouvoir négocier correctement les tarifs et services de son nouveau fournisseur. D'autant plus que les fournisseurs sont désormais assaillis de demandes.


1 - Préparer la consultation en amont

Première chose à faire : recueillir les données de consommation auprès de tous les sites, de toutes les entités juridiques... "A cela s'ajoute la demande auprès d'ERDF des paramètres d'acheminement ainsi que les données 10' (relevés de puissance effectués toutes les 10 minutes sur une période d'un an qui permettent de connaître la façon exacte de consommer - NDLR). Il y aussi les petits cas particuliers à gérer comme les bornes postes ou les Effacement jour de pointe (EJP). Si l'entreprise s'y prend trop tard, le risque est que ces atypismes ne soient pas gérés", indique Laurent Hornez.

Ce bilan est important afin de définir le cahier des charges et l'allotissement retenu."Sur le type de prix, par exemple, il existe beaucoup de différences : le prix comprend-il l'acheminement ? prix unique ou horosaisonnalisé ? prix fixe ou indexé ? prix contenant de l'Accès régulé au nucléaire historique (ARENH) ou non ?", énumère Laurent Hornez. Avant de lancer son appel d'offre il faut savoir où l'on va, sous peine de n'obtenir aucune réponse de la part de fournisseurs débordés.

Laurent Hornez, manager au sein de Cristal Décisions


A savoir

Seuls les tarifs verts (puissance supérieure ou égale à 250kVA) et les tarifs jaunes (entre 42 et 240 kVA) sont concernés par la fin des tarifs réglementés. Il peut pourtant être intéressant de se pencher sur les tarifs bleus (inférieure ou égale à 36kVA). Michel Vanhaesbroucke pense même que ce sont ceux pour lesquels il est plus facile d'obtenir des rabais : "Ils sont de l'ordre de 10% contre quelques pourcents seulement pour les jaunes et verts".


2 - Faire attention à certaines clauses du contrat

Une fois le cahier des charges défini, la consultation peut être lancée. Si Laurent Hornez conseille de consulter 5/6 fournisseurs maximum, ce n'est pas l'avis de Bouygues Telecom qui a lancé un appel d'offre auprès de quasiment l'ensemble des acteurs du marché. "Nous voyons cette fin des tarifs réglementés comme l'occasion de sortir des sentiers battus et nous sommes ouverts à des propositions différentes", pense Eric Laurent, directeur des achats prestations de service, Réseau et Hors Production chez Bouygues Telecom.


Quoi qu'il en soit, la consultation doit se faire avec des critères précis en tête car certaines clauses peuvent être très différentes d'un fournisseur à l'autre. Car, au-delà du tarif, ce sont aussi les services additionnels qu'il faut penser à négocier : flexibilité, engagement de consommation, reportings... Méfiez-vous, donc, des contrats tout prêts.


3 - Tenir compte de la date de démarrage

Si les tarifs réglementés prennent fin au 31 décembre 2015, il n'est pas nécessaire d'attendre cette date pour démarrer son contrat avec le nouveau fournisseur sélectionné. "En fonction des tarifs négociés, il peut être intéressant de démarrer dès à présent avec son nouveau fournisseur", pointe Laurent Hornez.

La date de démarrage du contrat doit être déterminée avec attention, en fonction des cours de l'électricité. Un point sur lequel un cabinet de conseil spécialisé peut être d'une grande utilité.


4 - En profiter pour optimiser sa consommation

La fin des tarifs réglementés est aussi l'occasion de mettre en place d'autres chantiers : l'acheminement (qui représente environ 30% des coûts selon Laurent Hornez), la fiscalité, la facturation regroupée de tous les sites, etc... Il est aussi possible d'optimiser ses abonnements : "Mieux vaut souscrire au plus juste en termes de puissance que de souscrire trop large et avoir un abonnement trop coûteux", rapporte Michel Vanhaesbroucke, directeur Entreprises et Collectivités Engie Énergies France. Dans l'industrie, il est également possible d'agir sur sa facture en maîtrisant son "énergie réactive" grâce à des condensateurs."

Il peut également être intéressant de travailler sa consommation énergétique en parallèle. "ll est possible de réduire facilement sa consommation de 5 à 10% alors que les écarts de prix entre les fournisseurs n'atteindront jamais 10%", estime Michel Vanhaesbroucke. En effet, allier la fin des tarifs réglementés à une réflexion sur l'efficacité énergétique permet de faire des économies substantielles, "de l'ordre de 20 à 30%" selon Réginald Thiébaut, responsable France de ventes BtoB chez Eni Gas & Power.


Gaz : optimiser sa politique d'achat est encore possible!

Si la fin des tarifs réglementés du gaz est déjà effective pour une très grande majorité d'entreprises, il est encore possible d'optimiser sa politique d'achat en matière de gaz. Premier levier : la politique de prix. "Les entreprises peuvent faire le choix d'un prix fixe ou indexé. Cela se fait en fonction des besoins de l'entreprise : si elle souhaite sécuriser son budget pour mieux le piloter, elle s'orientera vers des prix fixes ; si elle préfère s'aligner sur ses concurrents qui suivent le marché et qu'elle est prête à accepter une évolution des prix en fonction de la demande, elle pourra opter pour des prix indexés", note Michel Vanhaesbroucke, directeur Entreprises et Collectivités Engie Energies France.

Autre levier : réduire sa consommation de gaz. "Les entreprises ont tendance à se focaliser uniquement sur le prix unitaire. Or le gaz le moins cher est celui que l'on ne consomme pas", ironise Michel Vanhaesbroucke qui conseille de mener des audits et de les faire suivre de plans d'actions. C'est en effet le moment parfait pour lancer ce travail de réduction de consommation au niveau du gaz, la quête du fournisseur étant terminée.


Mot clés :

Eve Mennesson