Mon compte Devenir membre Newsletters

Cinq astuces pour favoriser la fraude interne

Publié le par

Oubliez la fraude externe, la fraude interne offre de bien meilleurs résultats ! 60% des fraudes en entreprise auraient pour origine des collaborateurs (étude PwC 2014). Voici quelques conseils pour une fraude interne encore plus réussie!

Cinq astuces pour favoriser la fraude interne

Risque financier mais également baisse du moral des consommateurs, dégradation des relations commerciales et de la réputation de l'entreprise... La fraude offre tellement d'avantages ! Le plus sûr moyen d'y arriver : la fraude interne puisque 60% des fraudes en entreprise auraient pour origine des collaborateurs (étude PwC 2014). N'attendez plus et suivez ces 5 astuces pour une fraude interne des plus réussies.

1) Permettre aux mêmes salariés de saisir une facture et d'en réaliser le paiement

Laissez toutes les personnes avoir accès à l'ensemble des opération et c'est la fraude assurée ! Comme le confirme Mathieu Godard, associé chez ileven, cabinet de conseil spécialisé en gouvernance des systèmes informatiques : "La plupart des fraudes internes sont dues à une problématique d'accès". Une mauvaise gestion des accès utilisateurs permet en effet de ne pas séparer les tâches : les personnes qui saisissent les factures peuvent aussi en réaliser le paiement... La fraude est nettement simplifiée!

Faire aveuglément confiance à ses salariés sympathiques

Vous vous entendez bien avec l'un de vos collaborateurs, à la fois sympathique et depuis longtemps dans l'entreprise : n'hésitez pas et livrez-lui toutes les clés la société. Il vous remerciera de votre confiance en fraudant!

Portrait robot du collaborateur-fraudeur français

Selon l'étude PwC il est d'âge moyen (43% ont entre 41 et 50 ans), dispose généralement de plus d'ancienneté que les autres collaborateurs (50% ont plus de 10 ans d'ancienneté). "De plus, c'est bien souvent une personne sympathique qui bénéficie de toute la confiance de son management. Il est donc très difficile à identifier" , analyse Jean-Louis Di Giovanni, associé PwC du Département Litiges et Investigations.

Mathieu Godard (ileven) constate de son côté que les fraudes financières sont souvent conduites par des comptables.

Offrir la possibilité d'un double paiement des fournisseurs

Adieu contrôle des flux financiers, bonjour collaborateurs (malhonnêtes) fortunés ! Un mauvais contrôle des processus et c'est la fraude assurée. Le contrôle interne c'est has been. Double paiement des fournisseurs, enregistrement d'écritures comptables le dimanche... De quoi permettre au fraudeur de se mettre de l'argent plein les poches ni vu ni connu. On ne va quand même pas lui en vouloir de se rémunérer pour un travail bien fait !

Désactiver les outils d'alerte

"Certains outils sont très efficaces afin de mieux cerner les zones à risques, rapporte Mathieu Godard (ileven). Ils peuvent également être dotés de systèmes d'alertes efficaces". Si le meilleur moyen de favoriser la fraude interne est d'éviter ces outils comme la peste, il se peut que votre DSI (ce fayot!) ait fait preuve de conscience professionnelle et en ait installé. Pas de panique : le système d'alerte doit pouvoir se désactiver et plus personne ne sera au courant des transactions inhabituelles constatées.

Confier l'analyse des données à un stagiaire

Le manque d'outils adaptés c'est bien. Ne pas disposer de compétences internes, c'est encore mieux ! "L'analyse des données pour s'assurer qu'aucune fraude n'est commise nécessite à la fois des compétences techniques (la maîtrise du Big Data) mais aussi comptables", estime Mathieu Godard (ileven). N'embauchez donc pas de Chief Data Officer confirmé mais confiez plutôt cette tâche à un stagiaire (de troisième) : vous êtes sûrs que la fraude interne fleurira sans entrave au sein de votre société.