Mon compte Devenir membre Newsletters

Le capital immatériel, une valeur souvent sous-estimée

Publié le par

« Comparable à un paquet cadeau que peu de PME auraient ouvert, le capital immatériel est pourtant composé d'actifs attrayants. »

« Comparable à un paquet cadeau que peu de PME auraient ouvert, le capital immatériel est pourtant composé d'actifs attrayants. »

Fêtes de fin d'année et nouvel an obligent, comparer le capital immatériel à un paquet cadeau que bon nombre de PME n'auraient pas ouvert s'impose. L'entreprise l'a peut-être oublié dans un coin, le noeud est trop difficile à desserrer ou, comme tout ce qui est inconnu, la surprise contenue effraie.

Pourtant, les actifs qui le composent, même si les définitions varient, sont attrayants. Capital client, capital marques, capital organisationnel, capital humain, capital technologique, capital actionnaires, capital fournisseur/partenaire, capital systèmes d'information, capital sociétal et capital naturel, pour reprendre les éléments de langage de l'Observatoire de l'immatériel, jouent souvent un rôle croissant dans la création de valeur par rapport aux investissements productifs traditionnels, en tant que facteur majeur de la compétitivité des entreprises. Le Daf, souvent DRH, le sait et gère ces actifs au quotidien.

Si la compétitivité nationale a alimenté les débats ces dernières semaines, la compétitivité de chaque entreprise ne doit pas être sous-estimée. Il revient donc à la direction administrative et financière d'intégrer ces actifs immatériels, incorporels et humains avec, en regard, les ressources allouées et les investissements requis, dans leurs tableaux de bord, en termes d'évaluation financière, de scoring, de contrôle de gestion. Avec un objectif: une meilleure appréhension de la valorisation de l'entreprise, pour une communication financière optimale et une présentation attractive de la société aux tiers intéressés.

Organisation, brevets, équipes constituées, savoir-faire, actionnaires, fournisseurs, clients, c'est aussi l'entreprise. Donc, pour conclure sur un mauvais jeu de mots, typique des repas un peu trop longs de fêtes de fin d'années: Daf, à vos marques!